Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Gilles Berdugo : La déforestation sur le continent africain doit cesser


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 29 Mars 2021


Depuis 1990, le monde a perdu plus de 178 millions d'hectares de forêt... l'équivalent de la taille de la Libye ! - par Gilles Berdugo.
Depuis 1990, le monde a perdu plus de 178 millions d'hectares de forêt... l'équivalent de la taille de la Libye ! - par Gilles Berdugo.
Gilles Berdugo cherche à créer un monde plus vert  en passant par l’éducation écologique, l'information et l’activisme.

Depuis 1990, le monde a perdu plus de 178 millions d’hectares de forêt… l’équivalent de la taille de la Libye ! Aujourd'hui, il ne reste que 4 milliards d’hectares de forêts dans le monde entier, c’est-à-dire moins d’un tiers de l’espace de la planète.

La déforestation est un phénomène catastrophique pour l’environnement, responsable, entre autres, du réchauffement climatique. Alors qu’elle est en récession partout dans le monde, elle continue de faire rage sur le continent africain. Cette situation doit cesser au plus vite, pour le bien-être de la planète et des êtres vivants.

Qu’est-ce que la déforestation ?

On parle de déforestation lorsque la surface terrestre recouverte de forêts, naturelles ou tropicales, régresse de manière durable.

Les facteurs qui expliquent la déforestation sont nombreux : agriculture intensive, coupes illégales… mais également la pauvreté, qui y contribue sans autre alternative.

En effet, de nombreuses fermes agricoles ont besoin d’augmenter leur productivité. Faute de moyens pour mettre en place des méthodes agricoles écologiques et durables, elles s’étendent sur plus d’espaces… au lieu d’améliorer leur rendement sur leur parcelle existante.

90% de la déforestation est causée par l’agriculture, dont 15% due à l’agriculture du cacao. L’expansion des fermes de cacao et de mines illégales, pour répondre aux besoins et demandes grandissantes des pays occidentaux entre autres, a entraîné la perte de plus de 60% de forêt au Ghana et de 26% en Côte d’Ivoire. Enfin, l’extraction de l’huile de palme pour la grande distribution fait également controverse.

Cependant, ce secteur emploie ! Plus de 800 000 mille familles au Ghana travaille dans le commerce du cacao, sans grandes alternatives.

Perte d'arbres régionaux par continent de 2001 à 2020, données Global Forest Watch - par Gilles Berdugo.
Perte d'arbres régionaux par continent de 2001 à 2020, données Global Forest Watch - par Gilles Berdugo.
La déforestation a des conséquences dramatiques pour la planète, du réchauffement climatique en passant par la destruction de la biodiversité.

Le réchauffement climatique : À l’opposé des êtres humains, les arbres rejettent l’oxygène et s’approvisionnent en carbone. Non seulement les végétaux sont nécessaires à notre survie, mais en plus ils réduisent le taux de carbone dans l’atmosphère.

La destruction de la biodiversité : Les arbres et les forêts préservent la biodiversité. En effet, ils sont un espace d’habitation et de refuge pour de nombreuses espèces vivantes, des mammifères aux insectes en passant par les champignons et autres micro-organismes…

Lorsqu’une espèce ne trouve plus de lieu de vie, ni de nourriture pour se nourrir, elle tend à disparaître. De nombreux scientifiques avancent l’idée que la destruction de la biodiversité et l’apparition de virus nocifs pour les humains sont liées… une raison de plus pour la préserver.

Vers un avenir meilleur ?

Heureusement, de nombreuses initiatives commencent à voir le jour pour trouver des solutions aux problèmes de fond et réduire la déforestation.

À commencer par apporter des meilleures ressources aux agriculteurs, en développant l’agriculture régénérative, en plantant des arbres partout où cela est possible, et en mettant en place des sanctions pour celles et ceux qui continuent les coupes illégales.

Le sujet de l’huile de palme est également dans la ligne de mire des associations et des gouvernements, pour lutter contre la déforestation. L’Africa Palm Oil Initiative (APOI) a été fondée pour permettre la transition vers une huile de palme responsable et durable en Afrique de l'Ouest et en Afrique centrale. Au programme : mise en place de techniques d’agriculture durable afin de réduire la déforestation, baisser les émissions de gaz à effet de serre et protéger la biodiversité des forêts de la région.

En apportant des ressources aux agriculteurs, non seulement nous préservons la planète, mais nous leur permettons en plus de travailler dans des conditions plus saines.

Certes, la déforestation touche le continent africain bien plus que le reste du monde, mais elle a des conséquences sur toute la planète. C’est pourquoi elle doit être prise au sérieux et traitée dans son intégrité. Les gouvernements, communautés, associations doivent travailler main dans la main, pour trouver des solutions, ensemble et protéger toutes les formes de vie sur terre.