Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Indice Mondial de la Paix : Le Tchad impacté par la situation au Lac


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 18 Juin 2019 modifié le 18 Juin 2019 - 17:24



Des enfants d'ex-combattants de Boko Haram. © CEDPE
Des enfants d'ex-combattants de Boko Haram. © CEDPE
Les résultats de l'Indice mondial de la paix (IPM) 2019 en Afrique subsaharienne sont mitigés pour l’année dernière, selon les indicateurs et les pays. La paix s’est détériorée dans 27 des 44 pays de la région, entraînant un affaiblissement des trois domaines de l’IPM, tandis que 12 des 23 indicateurs de la région se sont améliorés et huit se sont détériorés.

Le Tchad est classé à la 137ème place dans l'Indice mondial de la paix avec un score de 2.522, derrière l'Egypte et devant le Cameroun, l'Iran et le Mexique. Le pays recule de deux places.

Sur 44 pays africains, le Tchad est classé à la 37ème position, derrière le Burundi.

La crise du Lac Tchad

Les conséquences du manque d'eau ont également affecté la dynamique des conflits au Nigéria. Le lac Tchad, qui constitue l'une des principales sources de revenus de la pêche et de l'agriculture, a perdu 90% de sa superficie au cours des 40 dernières années en raison du changement climatique et de la mauvaise gestion de l'environnement.

Le chômage résultant et l’insécurité alimentaire associée ont contribué au succès du recrutement par Boko Haram de jeunes chômeurs dans la région.

Le prix des denrées alimentaires

La volatilité des prix des denrées alimentaires est également l’un des principaux facteurs de stress pouvant accroître la fragilité d’un pays. Dans les pays où les moyens de subsistance et les inégalités sont fragiles, la hausse soudaine des prix des denrées alimentaires peut augmenter le nombre de personnes souffrant de la faim et les difficultés, tandis que les chutes soudaines des prix peuvent miner les moyens de subsistance et rendre les marchés locaux non compétitifs.

Les projections d'intensification et de durée accrue des sécheresses sur le continent africain suscitent des inquiétudes quant au fait que la faim déclenche la violence ou est utilisée comme arme de guerre.

Une étude sur les soulèvements violents en Afrique a révélé que l'insécurité alimentaire, conjuguée au manque de capacités de l'État, avait entraîné une multiplication des épisodes de conflit violent entre 1991 et 2011. Le contrôle et la gestion politiques de l'alimentation, de l'énergie, de l'eau et de l'agriculture déterminent en grande partie la prévalence de l'insécurité alimentaire. aux variables climatiques et au potentiel de conflit qui en résulte.

Une amélioration globale de 0,09%

De façon globale, le monde est devenu plus pacifique pour la première fois en cinq ans, le niveau moyen de paix dans les pays s'étant légèrement amélioré de 0,09%, selon l'Indice 2019.

L’augmentation de la paix résulte de la réduction de la gravité de plusieurs conflits majeurs dans le monde, ayant entraîné une diminution du nombre de morts et du terrorisme.



Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 63205229 ; 66304389 ; 63415139  (Bureau N'Djamena)