Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Insolite - L'église Legio Maria au Kenya : une pratique mutilatoire aux fondements théologiques discutables et aux conséquences sanitaires préoccupantes


Alwihda Info | Par - 3 Juin 2024


L'église Legio Maria au Kenya pratique l'extraction de six dents inférieures à ses membres afin de faciliter leur identification au paradis est confirmée. Cette pratique soulève des interrogations d'ordre théologique, sanitaire et éthique.


Insolite - L'église Legio Maria au Kenya : une pratique mutilatoire aux fondements théologiques discutables et aux conséquences sanitaires préoccupantes
La justification théologique avancée par l'église Legio Maria, selon laquelle Dieu aurait du mal à identifier ses fidèles au paradis sans caractéristiques distinctives, est contestable. Cette conception anthropomorphique de Dieu et cette vision du paradis semblent éloignées des principes des grandes religions monothéistes.
 
L'extraction de dents, même réalisée par un professionnel de santé, comporte des risques inhérents d'infections, de douleurs et d'autres complications. Dans le contexte de l'église Legio Maria, il est probable que les conditions d'hygiène soient précaires, augmentant considérablement les risques pour la santé des membres.
 
L'enlèvement de dents sans consentement éclairé et sans motif médical valable constitue une violation potentielle des droits humains. Les membres de l'église Legio Maria, souvent issus de milieux défavorisés et peu instruits, sont particulièrement vulnérables à ce type d'abus.
 
Cette pratique a suscité l'indignation des autorités kényanes et des organisations de défense des droits humains. Le gouvernement kényan a annoncé son intention de prendre des mesures pour mettre fin à cette pratique et protéger les membres de l'église Legio Maria.
 
L'extraction de six dents inférieures par les membres de l'église Legio Maria au Kenya est une pratique mutilatoire aux fondements théologiques discutables, aux conséquences sanitaires préoccupantes et potentiellement contraire aux droits humains. Il est impératif de sensibiliser les populations aux risques de cette pratique et de protéger les droits des membres de cette secte.
Peter Kum
Peter Kum est un jeune journaliste camerounais doté d’une expérience d’une quinzaine d’années dans... En savoir plus sur cet auteur



Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 99267667 ; 62883277 ; 66267667 (Bureau N'Djamena)