Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Journée de l'enfant africain : stop aux abus à l’égard des filles


Alwihda Info | Par Olivier Noudjalbaye Dedingar, Expert-consultant, humanitaire et journaliste indépendant. - 23 Juin 2022

Le thème de la Journée de l'enfant africain 2022 est « Éliminer les pratiques néfastes affectant les enfants : progrès en matière de politiques et de pratiques depuis 2013 ». A cet égard, il est important de s'attaquer au cas des abus à l’égard les filles en Afrique.


Photo : Nationaltoday.com
Photo : Nationaltoday.com
Des abus et violences dans plusieurs pays d’Afrique
L'organisation Human Rights Watch, dans un communiqué commémorant cette journée spéciale, a appelé les gouvernements africains à adopter des lois et des mesures plus strictes qui protégeront les filles des pratiques qui violent leurs droits. Dans de nombreux pays d'Afrique, les filles souffrent encore d'un taux élevé d'abus et de violence incontrôlés.
Il y a aussi la question des mariages d'enfants qui doivent être abolis. « Les gouvernements africains ne devraient pas tolérer ou autoriser légalement le mariage des enfants, le déni d'éducation ou d'autres violations des droits humains à l'encontre des filles », a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui.

Des mariages précoces aux conséquences négatives
La question du mariage des enfants et de nombreuses autres formes d'abus sont souvent fondées sur des contextes culturels, économiques, religieux et juridiques discriminatoires, ainsi que sur des perceptions sociales néfastes sur le rôle des filles et des femmes. Les mariages d'enfants restent particulièrement répandus en Afrique subsaharienne. L'Afrique subsaharienne abrite dix-huit des vingt nations du monde ayant les taux les plus élevés de mariages précoces. La plupart ont des taux très élevés de grossesse chez les adolescentes et un pourcentage important de femmes qui abandonnent l'école secondaire.
« De nombreuses filles abandonnent l'école parce qu'elles subissent des pressions pour se marier et avoir des enfants à un moment critique de leur éducation et de leur avenir », a déclaré Rita Nketiah, chercheuse sur les droits des femmes à Human Rights Watch. "Le mariage des enfants empêche les filles de prendre leurs propres décisions de vie, perturbe ou met fin à leur éducation, les expose aux abus et aux préjugés et les empêche de participer pleinement à la vie économique, politique et sociale."

Taux élevé de grossesse chez les adolescents
Selon les rapports et les données recueillies, les mariages d'enfants et les taux de grossesse chez les adolescentes ont augmenté dans la plupart des régions d'Afrique subsaharienne pendant la pandémie. Les estimations de l'UNICEF et des groupes humanitaires indiquent que le nombre continuera d'augmenter en raison de l'abandon scolaire des filles et des familles qui perdent de l'argent et éprouvent davantage de difficultés financières.

Des gouvernements africains qui ne réagissent pas
L'inaction sur le mariage des enfants par plusieurs gouvernements africains reste l'un des plus grands obstacles à l'effort de protection des droits des filles, y compris le droit à l'éducation. C'est une chose que les abus illégaux soient répandus, mais c'est beaucoup plus dangereux lorsque des abus tels que ceux-ci sont autorisés par la loi. De nombreux gouvernements africains ont convenu de s'attaquer aux pratiques préjudiciables à l'égard des filles et des femmes et d'y mettre fin, mais l'application reste lente, a déclaré Human Rights Watch. Les mariages d'enfants entraînent presque toujours le refus de l'éducation et de tout espoir de réalisation de soi pour la fillette.

Discrimination après le mariage ou la grossesse
Un autre problème affectant la petite fille en Afrique est la discrimination après le mariage ou la grossesse. Ironiquement, dans une société où le mariage des enfants et la maltraitance des filles sont répandus, ces filles sont souvent exclues des écoles, soit à juste titre, soit par la discrimination qui les oblige à abandonner.

Réaction attendue de l'Union africaine
Selon Human Rights Watch, l'Union africaine devrait renforcer la demande des autorités africaines des droits de l'homme et pousser tous ses pays membres à abolir le mariage des enfants. Elle devrait exhorter les gouvernements à adopter des lois et à mettre en œuvre des programmes de continuation scolaire qui encouragent les filles à poursuivre leurs études et à retourner à l'école après avoir eu un enfant pour réussir leurs études. Il est également très important de savoir que des mesures visant à aider la société dans son ensemble par le biais de l'éducation aideraient la situation en faisant de la société un meilleur espace alphabétisé dans lequel les filles peuvent poursuivre une meilleure existence.
Malgré certains progrès significatifs reconnus par de nombreux pays africains dans la réduction des inégalités entre les sexes dans l'accès à l'enseignement secondaire grâce à des mesures actives de sensibilisation, de nombreuses filles continuent de rencontrer de graves difficultés et limitations qui les privent de leur droit à l'éducation.

Difficulté sur les dépenses liées à la scolarisation des filles
Les frais de scolarité et les dépenses indirectes dans les écoles secondaires continuent d'être l'un des obstacles les plus importants pour les filles des ménages à faible revenu et celles confrontées à la pauvreté, selon des études de Human Rights Watch au Nigeria, en Tanzanie et au Malawi, entre autres pays. Dans certaines de ces régions, le patriarcat restreint également l'accès des filles, car beaucoup pensent que l'éducation devrait être réservée aux garçons alors que les filles sont destinées à la procréation.

Quelques approches de solutions pour résoudre ce problème
Pour résoudre ce problème, une campagne de base plus approfondie et plus pratique est nécessaire pour enseigner les bonnes mentalités afin d'effacer les croyances erronées préexistantes. Les femmes qui réussissent doivent également se démarquer et être célébrées par les parties prenantes afin que la communauté et les filles puissent avoir de bons exemples à admirer et à imiter. Toutes ces questions discutées font partie des raisons pour lesquelles c'est une grande innovation de célébrer la Journée de l'Enfant Africain. Des mesures et des solutions actives peuvent ainsi être trouvées qui contribueraient à créer un monde meilleur pour les enfants et un avenir meilleur pour le monde.








TRIBUNE & DEBATS