Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ACTUALITES

L'histoire de la reprise de l'industrie pétrolière libyenne - et ce que cela signifie pour le reste de l'Afrique (Par NJ Ayuk)


- 16 Novembre 2020


African Energy Chamber

Par NJ Ayuk, président, Chambre africaine de l'énergie (www.EnergyChamber.org)

Si j'appelais 2020 une année terrible pour l'industrie pétrolière, personne ne me contredirait. La demande s'est effondrée au printemps, lors de la première vague de la pandémie de COVID-19, et elle ne s'est pas encore complètement rétablie. Les prix se sont ensuite effondrés en avril alors que l'Opep et la Russie se sont éloignées des limites de la production et ont inondé le marché de brut dont personne ne voulait ou n'avait besoin, et une fois de plus, ils n'ont pas encore regagné tout le terrain qu'elles ont perdu.

Il y a cependant eu quelques points positifs. L’un d’eux est la Libye, qui a réussi à surmonter des défis très redoutables. J’aimerais vous raconter comment cela s’est passé.

Commencer au fond du puit

Lorsque la Chambre africaine de l'énergie (AEC) a commencé à rédiger nos Perspectives énergétiques en Afrique pour 2021, qui ont été publiées le 10 novembre, l'industrie pétrolière libyenne était toujours en difficulté face à un conflit civil persistant.

À cette époque, le pays produisait encore moins de 100 000 barils par jour (b / j) de brut, contre plus de 900 000 b / j début 2020. Ses raffineries, ses pipelines et ses terminaux d'exportation méditerranéens étaient presque entièrement inactifs en raison du blocus monté par l'Armée nationale libyenne (ANL), une milice dirigée par le maréchal Khalifa Haftar, lors d'une campagne offensive majeure qui a débuté à la mi-janvier. En conséquence, la plupart de ses champs pétrolifères étaient également inactifs. La National Oil Corporation (NOC), déterminée à rester neutre dans le conflit, a tenté à plusieurs reprises de lever les déclarations de force majeure et de reprendre la production au cours de l'été, mais sans succès.

Ces luttes sont abordées dans nos prévisions 2021: « La Libye a du mal à maintenir (sa) capacité de production pétrolière durable (d'environ 1 million de b / j). Dans la dernière lutte en cours pour le pouvoir entre le GAN, un organisme reconnu par l'ONU (mis en place) pour gouverner la Libye, et les forces de l'ANL, une armée de rebelles dirigée par le général Khalifa Haftar (soutenu par la Russie, l'Égypte et les Émirats arabes unis), un cas de force majeure a été imposé aux exportations de pétrole du pays à partir de janvier 2020. Pour cette raison, actuellement, la production pétrolière de la Libye a chuté à près de 10% de sa capacité. »

En raison de tous ces défis, la Libye a langui. Elle n'a eu aucun moyen de monétiser son principal produit d'exportation et sa source de liquidités. Elle a perdu plusieurs milliards de dollars. Elle n’a même pas été en mesure d’extraire ou de raffiner suffisamment de brut pour couvrir la demande intérieure de carburant.

Et elle n’a certainement pas réussi à résoudre les différends sur la distribution régionale des revenus pétroliers qui ont contribué aux attaques de la ANL contre le Gouvernement d’accord national (GAN), un gouvernement intérimaire basé à Tripoli et soutenu par les Nations Unies. La Libye n’a pas non plus été en mesure de trouver un moyen de débarrasser les parcs de réservoirs et autres infrastructures pétrolières des soldats et mercenaires étrangers déployés par la Turquie et les autres tiers ayant un intérêt dans le pays.

Mais les choses ont commencé à changer à la mi-septembre, lorsque l'ANL et ses alliés se sont assis avec le GAN pour une nouvelle série de pourparlers de paix négociés par l'ONU.

Un mois de progrès

Au départ, il ne semblait pas y avoir beaucoup de raisons d’être optimiste. Après tout, les deux parties n'avaient pas réussi à s'entendre tant de fois auparavant !

Cette fois, cependant, ce serait différent.

Cette fois, le GAN et la ANL ont conclu un accord.

Ils ne sont pas allés jusqu'à signer un accord de paix. Au lieu de cela, ils ont annoncé un accord de cessez-le-feu d'un mois le 18 septembre. Les parties ont indiqué qu'elles espéraient conclure un accord final dans le mois prochain. Elles ont également précisé que Haftar avait accepté de lever le blocus pétrolier tant que l'accord temporaire restait en vigueur.

Immédiatement après la proclamation du cessez-le-feu, la NOC s'est mise au travail. Elle a commencé à remettre en ligne les terminaux côtiers afin que la Libye puisse à nouveau exporter du pétrole. Ses unités de production régionales ont commencé à lever les déclarations de force majeure un champ pétrolier après l'autre. Elle a commencé à remettre les raffineries en production. Elle a lancé le processus d'inspection des infrastructures pour déterminer si elles étaient « sûres » - c'est-à-dire qu'elles n'étaient pas occupées par des troupes étrangères – et donc éligibles pour reprendre les opérations commerciales régulières.

Et à l'expiration du cessez-le-feu d'un mois le 18 octobre, la NOC avait déjà réussi à ramener la production de pétrole à 500 000 b / j.

C'était une énorme réussite. Pensez-y ! En quelques semaines seulement, la Libye a réussi à augmenter sa production de plus de 400 000 b / j, regagnant ainsi environ la moitié du terrain qu'elle avait perdu à la suite du blocus de la ANL. Et il l'a fait malgré les dégâts considérables infligés aux infrastructures pétrolières pendant le blocus.

Il y avait un problème, cependant.

Grandes avancées

Lorsque le cessez-le-feu a pris fin le 18 octobre, le GAN et l'ANL n'avaient pas encore atteint leur objectif de signer un accord final. Heureusement, cependant, ils avaient accepté de prolonger les pourparlers de six jours. En conséquence, l’ANL n'a pas imposé un autre blocus, et la NOC et ses filiales ont continué à remettre en action des champs, des pipelines, des terminaux et des raffineries.

Puis le 23 octobre – un jour avant la nouvelle date limite – il y a eu une autre percée lors des pourparlers à Genève.

Ce jour-là, la Mission d'appui des Nations Unies en Libye (MANUL) a déclaré que les parties avaient finalisé un accord de cessez-le-feu plus complet. Elle a décrit l'accord comme permanent et applicable à l'ensemble du pays.

De plus, l’accord a également éliminé l’un des plus gros problèmes auxquels est confrontée l’industrie pétrolière libyenne – le défi posé par les soldats et mercenaires étrangers qui occupent toujours les champs pétrolifères et les infrastructures. Selon Stephanie Williams, la représentante spéciale par intérim de l’ONU pour la Libye, l’accord prévoyait que toutes ces troupes quittent la Libye dans les trois mois.

En conséquence, la NOC a été en mesure de faire avancer sa campagne pour relancer l'industrie pétrolière.

Le 26 octobre, la société a déclaré dans un communiqué qu'elle était en mesure de « (déclarer) la fin des blocus dans tous les champs et ports libyens ».

Puis, le 9 novembre, elle a annoncé qu'elle avait porté la production à plus d'un million de b / j. (Pour être exact, elle a indiqué que la production de pétrole avait atteint le niveau de 1 036 035 b / j.)

C'est une autre grande réussite. Encore une fois, pensez-y ! En moins de deux mois, la Libye a réussi à passer de la production d'une fraction de son volume habituel à plus d'un million de b / j. Elle a multiplié par plus de dix la production de pétrole brut, remettant en action d'importants gisements tels que Sharara et El Feel. Elle a également réussi à réactiver les terminaux d'exportation de la côte méditerranéenne et travaille à la montée en puissance des opérations de traitement dans ses raffineries.

Défis et leçons

Tous ces succès font une bonne histoire, non ? Mieux encore, l'histoire est vraie.

Mais l'histoire est-elle vraiment terminée ? Probablement pas.

Premièrement, nous devons attendre de voir si le cessez-le-feu tient. Toutes les parties impliquées semblent optimistes, mais elles n’ont pas encore révélé si elles avaient réussi à résoudre les querelles sur la répartition des revenus pétroliers. L'ANL, qui contrôle la majeure partie du sud et de l'est de la Libye, a souvent affirmé que le GAN, qui détient la partie nord-ouest du pays, garde une part injustement importante de ces revenus pour lui-même. À son tour, leur conflit a eu des effets négatifs sur la NOC, malgré les tentatives de la société de rester neutre afin qu’elle puisse continuer à fonctionner (et à rapporter de l’argent) malgré le conflit civil. Ces défis continueront vraisemblablement si la question de la répartition des revenus pétroliers n’est pas résolue à la satisfaction de toutes les parties concernées.

Ensuite, si la Libye parvient à se maintenir et à maintenir sa production, elle devra s'entendre avec l'Opep, qui travaille toujours avec la Russie et d'autres pays pour soutenir les prix du pétrole avec un régime de quotas de production. La Libye n’a pas été soumise à ces quotas cette année en raison du blocus, mais elle en extrait maintenant plus d’un million de b / j. De plus, elle s'attend à porter la production à 1,3 million de b / j dans les prochains mois, et Mustafa Sanalla, le chef de la NOC, a déclaré que la Libye ne s'alignera pas avec le système de quotas tant qu'elle ne pourra pas stabiliser les rendements à 1,7. millions de b / j. L'Opep peut ne pas être d'accord avec cette proposition, d'autant plus que les prix mondiaux du brut ont chuté en réponse aux informations faisant état d'une activité de développement renouvelée en Libye.

Quoi qu’il en soit, il y a au moins deux leçons à tirer des récentes victoires de la Libye.

L'une est la persévérance. Malgré l'échec répété des tentatives pour parvenir à un accord entre l'ANL et le GAN, l'ONU et d'autres parties n'ont pas abandonné. Cela devrait être une leçon pour d’autres pays africains qui considèrent les conflits civils comme l’un des obstacles au développement des ressources pétrolières et gazières. Certes, cette approche semble avoir profité au Soudan du Sud, qui a été impliqué dans la guerre civile la plupart du temps depuis son indépendance en 2011. Le pays est sous le régime d'un gouvernement d'unité depuis la finalisation d'un accord de paix entre le président Salva Kiir Mayardit et son rival de longue date Riek Machar Teny Dhurgon plus tôt cette année.

L'autre est la nécessité de prêter attention aux problèmes régionaux. Le conflit entre le GAN et l’ANL n’était pas seulement une bataille pour la suprématie. C'était aussi une querelle sur la meilleure façon de répartir les revenus entre le gouvernement central et les régions qui abritaient la plupart des champs pétrolifères et d'autres infrastructures qui généraient ces revenus. C'est certainement l'une des leçons que le Nigéria a dû tirer. Le gouvernement fédéral de ce pays d'Afrique de l'Ouest a constaté à maintes reprises que les habitants des régions pétrolifères telles que l'Ogoniland sont prêts à se battre si elles croient qu'on leur refuse une part équitable de l'argent provenant des endroits où elles vivent.

Aucune de ces leçons n'est facile à assimiler. Il est facile d’abandonner les négociations lorsque vous avez déjà échoué à plusieurs reprises, et il est facile d’ignorer la périphérie si vous êtes l’une des personnes chanceuses du centre. Mais j’aimerais voir d’autres producteurs africains penser à eux alors qu’ils voient la production libyenne continuer à augmenter.

Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.

Source : https://www.africa-newsroom.com/press/the-libyan-o...