Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERVIEW

L'opposant tchadien Mahamat Ahmad-Alhabo salue la détermination du peuple congolais


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 10 Janvier 2019 modifié le 10 Janvier 2019 - 22:49

Le secrétaire général du Parti pour les Libertés et la Démocratie (PLD), Mahamat-Ahmad Alhabo a salué, ce jeudi 10 janvier, la détermination du peuple congolais pour la restauration de la démocratie en imposant le verdict des urnes.


Le secrétaire général du Parti pour les Libertés et la Démocratie (PLD), Mahamat Ahmad-Alhabo. © Alwihda Info
Le secrétaire général du Parti pour les Libertés et la Démocratie (PLD), Mahamat Ahmad-Alhabo. © Alwihda Info
Le secrétaire général du PLD, Mahamat-Ahmad Alhabo se réjouit de la maturité, du courage et de l’engagement du peuple congolais qui a largement contribué à la restauration de la démocratie en RDC en imposant la vérité des urnes. Il félicite le président sortant Joseph Kabila qui a permis de faciliter cette transition démocratique tout en déplorant que certains dictateurs de l’Afrique centrale s’accrochent au pouvoir en tripatouillant la vérité des urnes. Par ailleurs, il dénonce l’attitude des leaders qui s’alignent systématiquement derrière le régime en place.

Alwihda Info : La République Démocratique du Congo a connu une transition démocratique avec la proclamation des résultats de l’élection présidentielle proclamant vainqueur l’opposant Félix Tshikedi. Quelle est votre réaction en tant que leader d’un grand parti politique de l’opposition démocratique au Tchad ?

Mahamat-Ahmad Alhabo : Je voudrais avant tout féliciter le peuple congolais pour sa maturité, pour son courage, pour son engagement pour la restauration de la démocratie en RDC. Cette victoire est avant tout celle du peuple congolais dans son ensemble qui n’a pas baissé les bras malgré la répression, les pillages de ses ressources, la misère qu’on lui a imposée pendant des années. C’est un pays excessivement riche ou vit une population excessivement pauvre et tout cela est dû à cette gouvernance lamentable instaurée dans ce pays par le groupe de Kabila.

La deuxième chose, c’est une félicitation que je voudrais bien lui adresser, vous serez étonné mais c’est à Joseph Kabila. Il a accepté de jouer le jeu parce que nous avons vu un peu partout en Afrique centrale, les dictateurs qui se sont accrochés au pouvoir et qui ont manipulé tout le temps les constitutions, modifié les constitutions, changé les termes, les règles du jeu pendant les matchs et procédé aux coups d’Etat électoraux. Kabila devait changer la constitution mais par la réaction de la communauté internationale, il n’a pas pu le faire. Il a mis en place une CENI un peu aux ordres qui a aussi accepté de laisser la démocratie s’exprimer.

Vous avez vu pendant les campagnes électorales en RDC, on a empêché les candidats Martin Fayulu et Félix Tshikedi de tenir des meetings à un certain moment et à certains endroits, dans leurs bastions respectifs. On a empêché la population de voter en prétextant qu’il y a un vol. Il y a eu beaucoup de jeux, malgré ça le peuple congolais a décidé de procéder au changement dans ce pays et Joseph Kabila a eu peur ; peut être qu'en faisant des manœuvres pour empêcher la victoire de Felix, il y aurait un soulèvement populaire qui pourrait l’emporter. Je voudrais le féliciter pour avoir compris cela et accepter de joueur le jeu démocratique.

Enfin, je voudrais féliciter naturellement le gagnant Felix Tshikedi que je connais parce que nous sommes tous des camarades appartenant à l’ensemble de l’international socialiste. On s’est rencontré plusieurs fois donc je voudrais le féliciter vivement. Il faut que l’exemple de la RDC, géré pendant de décennies par la famille Kabila, soit une source d’inspiration aujourd’hui pour d’autres partis d’opposition en Afrique centrale où les dictateurs se sont cristallisés et se sont fossilisés pour être des présidents à vie.

L’église catholique a joué un rôle déterminant pour que la vérité des urnes puisse s’imposer. Appréciez-vous l’attitude de l’église catholique en comparaison à celle des leaders religieux au Tchad ?

Mahamat-Ahmad Alhabo : Vous avez vu qu’au Congo, c’est un pays qui est majoritairement chrétien et donc l’église a joué quand même un rôle assez important. Toujours, l’église en RDC a dit la vérité parce que quand on est un homme de Dieu, on ne peut pas mentir. On doit dire que la parole de Dieu est véridique. Mais malheureusement dans d’autres pays, nous voyons aussi que certains religieux, qu’ils soient musulmans ou chrétiens, sont systématiquement alignés sur le pouvoir et lui apportent leur aide et leur soutien inconditionnel : C’est le cas de notre pays malheureusement, nos religieux ici au Tchad sont systématiquement alignés au président de la République, ils lui apportent leur soutien et ils lui font des prières. Or le peuple observe, regarde, un jour ou l’autre, il lui répondra certainement.

Propos recueillis par Djimet Wiché