Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Le Togo veut se doter d’un plan national d’action de lutte contre l’extrémisme violent


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 10 Juillet 2019 modifié le 10 Juillet 2019 - 17:32


© weforum.org
© weforum.org
Lomé - Ce lundi, a démarré une mission conjointe d’évaluation des facteurs de risque d’extrémisme violent dans la région des Savanes.

La mission menée par le gouvernement et ses partenaires, le Système des Nations Unies, l’UE, les ambassades de France, d’Allemagne et des USA ou encore le Wanep, va sillonner du 08 au 12 juillet les 7 préfectures de la région des Savanes.

Objectif, évaluer les besoins en termes de prévention et identifier les actions majeures à mener pour accompagner les populations locales dans la lutte.

Il s’agira donc concrètement d’identifier les facteurs potentiels de radicalisation et les facteurs de vulnérabilités socio-économique potentiellement exploitables par les groupes criminels et les terroristes, proposer des orientations devant permettre d’améliorer les actions en matière de prévention et une meilleure implication des collectivités territoriales et des leaders locaux en raison de leur proximité avec les populations, et enfin faire une cartographie sommaire des besoins de prévention.

Des rencontres avec les autorités locales, les associations de jeunes et de femmes sont notamment prévues au menu de la mission.

A travers cette initiative, le gouvernement envisage à terme de doter le pays d’un plan national d’action de lutte contre l’extrémisme violent. Rappelons que le 15 mai dernier, au cours du Conseil des ministres, les autorités avaient annoncé la mise en place d’un comité interministériel de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent (CIPLEV).