Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Les affrontements au Darfour ont forcé 2500 personnes à fuir au Tchad


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 12 Août 2020



Des réfugiés soudanais accueillis au Tchad, début février 2020. © Abba Issa/Alwihda Info
Des réfugiés soudanais accueillis au Tchad, début février 2020. © Abba Issa/Alwihda Info
Le porte-parole du HCR, Babar Baloch, a indiqué mardi, au cours d'une conférence de presse, que les récentes violences au Darfour occidental ont forcé des réfugiés soudanais à chercher refuge au Tchad voisin.

Selon le HCR, depuis fin juillet 2020, au moins 2500 personnes ont franchi la frontière internationale, tandis que des affrontements inter-tribaux ont affecté environ 20 000 personnes dans le Darfour occidental au Soudan - dont une majorité de femmes et d’enfants.

Les attaques, imputées à des nomades armés, dans la ville de Masteri au Darfour occidental ont tué 61 personnes de la tribu Masalit et en ont blessé au moins 88 autres le 25 juillet dernier. Des maisons auraient également été réduites en cendres dans la ville et les villages environnants.

Un grand nombre des réfugiés nouvellement arrivés étaient rentrés chez eux au Darfour depuis l’est du Tchad au début de l’année 2020.

Plus de 80% des personnes arrivant dans la ville frontalière tchadienne d’Adré sont des femmes, des enfants et des personnes âgées qui ont fui pour sauver leur vie lorsque les affrontements ont éclaté. Beaucoup ont été témoins de violences extrêmes.

Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, en collaboration avec le gouvernement tchadien et ses partenaires nationaux, transfère les réfugiés depuis les zones frontalières vers le camp de réfugiés de Kouchaguine-Moura, plus loin à l’intérieur du Tchad. Le camp accueille déjà plus de 6000 Soudanais arrivés en février 2020.

Les transferts vers le camp par convois s’effectuent toutefois lentement, en raison du mauvais état des routes et des fortes pluies. Les deux premiers convois comptant 443 réfugiés sont arrivés la semaine dernière.

Dans le camp de réfugiés de Kouchaguine-Moura, les réfugiés reçoivent un abri, de l’eau, de la nourriture et des articles de première nécessité. Ils rejoignent ceux qui y étaient arrivés auparavant. Le camp fournit également un accès à l’hygiène et aux soins de santé, y compris des unités d’isolement, dans le cadre des efforts de prévention et de lutte contre le Covid-19.

A l’intérieur de l’État du Darfour occidental au Soudan, la situation s’est stabilisée depuis les attaques mais demeure imprévisible. Les personnes déplacées, dont beaucoup restent à El Geneina, hésitent encore à rentrer chez elles et réclament de meilleures conditions de sécurité.

"Une mission conjointe menée par les agences humanitaires pour évaluer les risques en matière de protection et les besoins d’assistance des familles déplacées a mis en évidence le besoin urgent de matériel de secours et d’abris. Cependant, le mauvais état des routes, la saison des pluies et la situation sécuritaire sont parmi les défis auxquels nous sommes confrontés, alors que nous organisons nos efforts de réponse et que nous menons un suivi de la situation en matière de protection", explique le HCR.

Le Tchad accueille actuellement 476 000 réfugiés et demandeurs d’asile, dont quelque 365 000 qui sont originaires du Soudan.



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 20 Septembre 2020 - 17:24 Tchad : la semaine de l’arbre lancée à Guelendeng


Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 99267667 ; 62883277 ; 66267667 (Bureau N'Djamena)