Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

Mali : les soldats tchadiens de l'ONU en manque de munitions et en sous-effectif


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 24 Janvier 2019 modifié le 24 Janvier 2019 - 23:47


La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) a-t-elle abusé de "l'intrépidité" des soldats du contingent tchadien en détachement dans le secteur nord au Mali ? Des propos d'officiers tchadiens laissent entendre cette hypothèse, quelques jours après une attaque sanglante contre les soldats tchadiens qui a coûté la vie à 10 d'entre eux et fait plus d'une vingtaine de blessés.

Le gouvernement tchadien a dépêché au Mali une mission conduite par le ministre délégué à la Présidence de la République chargé de la Défense nationale, des anciens combattants et des victimes de guerre, afin d'évaluer la situation sur le terrain après l'attaque perpétrée à Aguelhok contre le détachement du contingent tchadien. La délégation comprend le chef d’Etat-major général des armées et plusieurs haut gradés.

A Tessalit, au cours d'une réunion avec les responsables militaires du détachement tchadien placé sous l'égide de l'ONU au Mali, il a été révélé plusieurs failles : un sous-effectif des soldats tchadiens qui sont positionnés dans les zones les plus dangereuses du pays, un manque de munitions et de moyens de défense adéquats. Ces explications ont été fournies par les militaires tchadiens à la délégation du gouvernement. L'échange a été filmé en vidéo, et publié par le président de l'Organisation Tchadienne de Défense des Droits Humains (OTDH), Baradine Berdeï. Dans une seconde vidéo publiée, on aperçoit des soldats tchadiens blessés, allongés dans des lits sans matelas, tandis que des militaires tués au combat sont au sol, recouverts de couvertures.

"La bataille d'Aguelhok était intense. L'ennemi a fui"

"La bataille d'Aguelhok était intense. Nos soldats se sont battus avec courage et détermination. Ils ont défendu le camp avec succès. L'ennemi a fui. Nous ne savons pas combien ont été tués. Nos soldats sont des héros. Nos opérations continuent. Nous voulons trouver l'ennemi. Nous avons renforcé Aguelhok. Nous continus à fournir un soutien en munitions, eau, etc. Nous restons déterminés à accomplir notre mission. Nous devons être proactif, patrouiller jour et nuit", a expliqué le commandant de la MINUSMA, Général Dennis Gyllensporre qui s'est rendu à Kidal, au chevet des blessés tchadien de l'attaque d'Aguelhok.

L'ennemi a attaqué à bord de 25 véhicules Toyota pick-up un poste avancé des forces tchadiennes de la MINUSMA situé à 7 km de la base d'Aguelhok. Les militaires en garde ce dimanche 20 janvier dernier se sont battus pendant plusieurs heures avant de faire fuir l'ennemi. Les terroristes ont utilisé des véhicules piégés d'explosifs lors de l'attaque.

Une détermination du Tchad, "quel qu'en soit le prix"

Suite à l’attaque "lâche et barbare perpétrée à Aguelhok" contre le détachement du contingent tchadien, le Gouvernement tchadien rappelle que "rien n’entamera son engagement et sa détermination contre les forces obscurantistes quel qu’en soit le prix". Les dispositions ont été prises pour rapatrier les corps des soldats tombés sur le champ d’honneur et apporter en liaison avec la MINUSMA, les soins appropriés aux blessés.

Les soldats tchadiens sont "noyés d'un courage, parfois à la limite de l'insouciance, de l'intrépidité, qui est la marque des grandes armées, et surtout sur le théâtre du secteur nord, secteur difficile. C'est la troupe idoine pour mener le combat et faire appliquer le processus de paix dans la région", expliquait en juillet 2017 le colonel Eric Philipp, commandant adjoint du secteur nord de la MINUSMA.

Depuis son engagement au Mali, le Tchad est le pays qui a payé le plus lourd tribut avec plus d'une centaine de morts et des centaines de blessés.
 



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Août 2019 - 09:04 En Chine, une appli pour surveiller la population