Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

Rachel Tokou-Appiah : « Veiller à ce que les filles de demain n'héritent pas des inégalités d'aujourd'hui »


Alwihda Info | Par Rachel Toku-Appiah - 29 Juin 2021

Selon certaines projections, les emplois des femmes sont 1,8 fois plus vulnérables à la crise sanitaire actuelle que les emplois des hommes. Par ailleurs, les taux d'emploi des femmes baissent plus vite que la moyenne. La Directrice, Plaidoyer et communications du Programme, Afrique, donne sa réflexion sur le sujet.


Rachel Toku-Appiah, Directrice, Plaidoyer et communications du Programme, Afrique

Alors que de nombreuses régions du monde connaissent une baisse des taux de natalité, cette image est très différente en Afrique. D'ici 2030, un cinquième de la population mondiale sera originaire du continent. Alors que des millions de jeunes entrent sur le marché du travail chaque année, les gouvernements peinent à créer des emplois pour répondre aux demandes de travail. Des pays comme l'Afrique du Sud, par exemple, signalent que les trois quarts de tous les jeunes sont aujourd'hui au chômage . Ces chiffres sont stupéfiants et rappellent les pires ralentissements économiques du passé. Cependant, contrairement à de nombreuses récessions précédentes, cette crise a un visage distinctement féminin.

La « coupure des femmes » déclenchée par la pandémie du Covid-19 pousse les femmes hors du marché du travail, et ce, souvent avec peu ou pas de perspectives de retour. Selon certaines projections, les emplois des femmes sont 1,8 fois plus vulnérables à cette crise que les emplois des hommes. En Éthiopie et en Ouganda, l'écart entre les sexes en matière d'emploi s'est maintenant creusé d'au moins 14 points de pourcentage. En Afrique du Sud, on estime que les femmes ont subi les deux tiers des pertes d'emplois dues à la pandémie. Une raison importante de cette incidence sur les femmes est que les mesures mises en place pour contenir le virus ont considérablement augmenté le fardeau des soins non rémunérés.

Ce type de travail est effectué de manière disproportionnée par des femmes et est né des stéréotypes qui ont dicté la place des femmes dans la société pendant des siècles. Certaines de ces normes sociales, qui relèguent les femmes à des rôles de gestion de la famille et des tâches domestiques, impliquent qu'elles ont dû faire un pas en arrière pour s'occuper de leurs enfants lorsque des mesures comme la fermeture des écoles sont entrées en vigueur. Les taux d'emploi des femmes baissent plus vite que la moyenne. Et du fait que les femmes représentent 50 % ou plus de la main-d'œuvre dans de nombreux pays africains, cela nous présente à la fois un risque et une opportunité énormes. Nous pouvons soit prendre des mesures et changer notre avenir pour le mieux, soit confiner notre continent à des décennies d'inégalités limitant davantage la croissance. 2021 doit être une année d'action pour l'égalité des sexes.

En rassemblant des dirigeants de toute la société, le Forum Génération Égalité, qui se tiendra plus tard ce mois-ci, est l'occasion pour nos dirigeants de répondre à l'urgence de ce moment et d'agir pour les femmes et les filles. L'un des domaines pour lesquels nous pouvons être encouragés est l'entrepreneuriat africain. L'Afrique subsaharienne présente le taux le plus élevé de femmes entrepreneurs au monde. Ayant grandi au Botswana, un leader mondial des entreprises appartenant à des femmes, ceci n'est pas nouveau pour moi. Qu'il s'agisse de design, de fabrication textile, de transformation alimentaire, de produits de bien-être ou de services aux entreprises, les femmes leaders inspirent les nouvelles générations et nous montrent ce qu'il est possible de faire. Les résultats fantastiques de l'entrepreneuriat africain montrent le vaste potentiel que nous pouvons exploiter pour aider notre continent à se développer et à devenir plus prospère. Mais tout n'est pas comme il pourrait paraître au premier abord. Pendant la pandémie, les entreprises appartenant à des femmes ont été plus susceptibles de fermer et moins susceptibles de rouvrir. Bien que certaines femmes aient un réel désir d'ouvrir leur propre entreprise, beaucoup sont poussées par la nécessité. Elles ont besoin d'un revenu pour prendre soin de leur famille et gérer leur foyer, ainsi une entreprise à domicile ou flexible les aide à jongler avec ces priorités.

Les entreprises appartenant à des femmes gagnent également systématiquement moins que leurs contreparties dirigées par des hommes. Les femmes entrepreneurs d'Afrique subsaharienne continuent de réaliser des bénéfices inférieurs à ceux des hommes (34 % inférieurs en moyenne). Alors que les femmes africaines représentent près de 58 % de la population des travailleurs indépendants du continent, elles reçoivent moins de financement, reçoivent moins de formation, de mentorat, de conseils de démarrage et moins de possibilités d'évoluer. Si nous pouvions encourager et inciter les entreprises appartenant à des femmes, nous pourrions les aider à se développer et à accélérer leur rétablissement après l'impact financier de la pandémie du Covid-19. Imaginez à quoi le continent ressemblerait si l'autonomisation des femmes pour réussir dans les affaires était le statu quo. Cela signifierait que plus de la moitié de la main-d'œuvre potentielle du continent occuperait des emplois, contribuant ainsi à leurs communautés et à l'économie. L'autonomisation des femmes est tout simplement une approche intelligente de l'économie. Au Niger, par exemple, la Banque mondiale prévoit que le PIB augmenterait de plus de 25 % si l'inégalité entre les sexes était réduite.

Cependant, pour vraiment apporter un changement durable et transformateur, nous devons changer les points de vue durement enracinés du rôle des femmes dans la société. Nous devons commencer à considérer les femmes comme ayant une autonomie sur leur santé, leur éducation et leur avenir. Nous savons qu'avec un meilleur accès aux informations sur la santé reproductive, les contraceptifs et les services, les femmes et les filles sont plus susceptibles de rester à l'école, de rejoindre le marché du travail et de conserver leur emploi. En tant que femme avec une formation en science et technologie, je suis habituée à être une minorité dans le système.
Peu importe où vous regardez, il n'y a pas beaucoup de femmes dans les domaines de la science, de la technologie, de l'ingénierie et des mathématiques pour assurer un leadership, un mentorat et être source d'inspiration. Dans des pays comme le Nigeria et le Kenya, seule 1 femme sur 4 travaille dans ces domaines. Nous savons que lorsque les femmes sont impliquées dans les processus de prise de décision, elles obtiennent de meilleurs résultats pour tout le monde dans le domaine de la science et de la recherche. C'est l'avenir que nous voulons construire.

Les femmes sont un vivier de talents inexploité et sous-utilisé. Nous prenons tous de meilleures décisions lorsque nous travaillons avec des équipes diverses, apportant une gamme diversifiée de perspectives et d'expériences vécues. Nous devons nous attaquer maintenant à l'égalité des sexes afin que les femmes puissent mener une vie pleine, saine et productive. Ceci est absolument essentiel à nos plans de relance nationaux et mondiaux. Ce n'est que par une action concertée, menée par les parents, les enseignants et les dirigeants, à tous les niveaux, que nous veillerons à ce que les filles de demain n'héritent pas de cette inégalité qui existe aujourd'hui.








TRIBUNE & DEBATS

POINT DE VUE - 08/09/2021 - Olivier Noudjalbaye Dedingar, Expert technique et journaliste indépendant

Cameroun : l’enrichissement illicite préoccupe

Tchad : le dialogue national inclusif est-il nécessaire ? Tchad : le dialogue national inclusif est-il nécessaire ? 06/09/2021 - Martin Hidgé Ndouba


ANALYSE - 11/10/2021 - Martin Higdé Ndouba

Tchad : la dépravation des moeurs, un fléau qui gangrène la jeunesse

Cameroun : question sociale et devenir du pays Cameroun : question sociale et devenir du pays 11/10/2021 - Pr Armand Leka Essomba, chef de Département de Sociologie, Université de Yaoundé I.