Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Sahel : Mahamat Idriss Deby alerte sur la gravité de la situation sécuritaire


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 29 Mai 2022


Mahamat Idriss Deby. Crédits : DGCOM/Presidence
Mahamat Idriss Deby. Crédits : DGCOM/Presidence
Le président du Conseil militaire de transition Mahamat Idriss Deby s'est exprimé le 28 mai à la 16ème session extraordinaire de la conférence des chefs d'État et de gouvernement de l'Union africaine sur le terrorisme et les changements inconstitutionnels.

Mahamat Idriss Deby a prévenu que « le terrorisme constitue de nos jours un des défis majeurs qui met en péril nos États et exige une réponse urgente et concertée à l’échelle continentale, voire mondiale ».

« La gravité de la situation sécuritaire qui prévaut aujourd’hui au Sahel et autour de mon pays, le Tchad, a pour principale cause l’expansion du terrorisme et les trafics illicites en tous genres y liés, notamment la circulation des armes de tous calibres, des munitions et de la drogue », a indiqué le chef de la transition tchadienne.

Pointant la déstabilisation généralisée du Sahel comme étant la conséquence directe de la crise libyenne, Mahamat Idriss Deby a relevé que « le Sud de la Libye, devenu une zone de non-droit, sert encore et toujours, de repaire de djihadistes et de bandes criminelles. » 

« Feu Président Idriss Déby Itno (paix à son âme), fut le premier à alerter sur les risques d’une vaste déstabilisation du Sahel. Il n’a pas manqué de souligner, à toutes les occasions, l’urgence d’une solution à la crise libyenne pour stabiliser le Sahel », a-t-il dit.

Les États du Sahel et du bassin du Lac-Tchad, affectés par le terrorisme, consacre chacun, entre 18 à 32% de son budget à l’effort sécuritaire au détriment des secteurs clés, comme la santé, l’éducation, l’eau potable, l’agriculture, l’élevage, les infrastructures, l’énergie, etc.

Les conséquences des attaques terroristes sont immenses : des milliers de vies humaines emportées tant parmi les soldats engagés sur le terrain que les populations civiles, victimes des massacres les plus cruels et des déplacements forcés à grande échelle.


Malgré une mutualisation des efforts, les groupes sont toujours actifs et déterminés, plus que jamais, à étendre leur champ d’action hors du Sahel. La multiplication des attaques terroristes contre les pays côtiers comme le Bénin, la Côte d’Ivoire et le Togo, en est une parfaite illustration. Ces groupes font aussi des ravages énormes loin du Sahel, notamment dans la Corne de l’Afrique, au Mozambique et en RDC.

Face à cette guerre asymétrique qui ne connaît pas de frontière, « une mobilisation urgente et conséquente de tous nos États est un impératif », exhorte Mahamat Idriss Deby. A ses yeux, il importe de mettre l’accent sur la mise en place d’une nouvelle stratégie plus adaptée au contexte pour relever ce défi.









TRIBUNE & DEBATS