Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ACTUALITES

Selon un rapport d’EPIC-Africa et @AfricanNGOs, COVID-19 met à l’épreuve les Organisations de la Société Civile africaines mais ouvre de nouvelles perspectives


- 30 Juin 2020



EPIC Africa

Plus de 1000 OSC africaines de 44 pays ont participé à une grande enquête sur l'impact de la COVID-19 sur leurs organisations.

55,69 % des répondants ont déjà subi une perte de financement, tandis que 66,46 % s'attendent à perdre leur financement dans les 3 à 6 prochains mois ; Les OSC africaines dénoncent l'exclusion des réponses nationales à COVID-19 et des mécanismes de financement d'urgence.

Télécharger le document : https://bit.ly/3eRua3V

Un nouveau rapport d'EPIC-Africa et de @AfricanNGOs confirme que l'impact de COVID-19 sur les organisations de la société civile (OSC) africaines a été généralisé et déstabilisant. Basé sur les résultats d'une enquête menée auprès de plus de 1000 OSC dans 44 pays africains, le rapport a constaté que 98% des organisations interrogées avaient été impactées.

Le rapport note que les OSC ont une longue tradition d'exécution de fonctions cruciales en matière de développement, d'aide humanitaire et de plaidoyer à travers l'Afrique et souligne les défis critiques que les OSC rencontrent alors qu'elles répondent à la crise COVID-19 et s'efforcent de survivre.

"La pandémie du COVID-19 expose en outre bon nombre des défis auxquels les OSC africaines sont confrontées depuis longtemps, de l'instabilité du financement jusqu'à l'exclusion des processus politiques nationaux. Pourtant, les OSC s'efforcent de relever les défis que COVID-19 pose à leur travail et à leur survie. Elles coordonnent les réponses dans les communautés et amplifient les voix des populations les plus vulnérables, avec peu ou pas de soutien extérieur. Une fois de plus, les OSC démontrent qu'il ne peut y avoir de réponse efficace aux urgences nationales telles que la COVID-19 sans leur participation", a déclaré Rose Maruru, co-fondatrice d'EPIC-Africa.

L'enquête montre que plus de la moitié des répondants (55,69%) ont déjà subi une perte de financement, tandis que 66,46% s'attendent à perdre leur financement dans les 3 à 6 prochains mois. De plus, 49,87% ont introduit des mesures de réduction des coûts en raison de la perte de financement ou de l'incertitude quant au financement futur. En ce qui concerne l'avenir, 77,97 % des répondants ont indiqué que COVID-19 aurait un impact dévastateur sur la durabilité de nombreuses OSC.

"En conséquence de COVID-19, les OSC africaines sont confrontées au double défi de maintenir leurs organisations à flot tout en répondant aux besoins des communautés dans lesquelles elles opèrent. La majorité des répondants ont confirmé qu'ils n'étaient pas préparés à faire face aux perturbations causées par la pandémie", a déclaré David Barnard, modérateur de @AfricanNGOs.

Le rapport a également constaté que le fait de ne pas recevoir le soutien nécessaire des autorités au niveau national a ajouté aux défis auxquels les OSC sont confrontées. Les OSC ont déclaré être exclues des mécanismes de financement d'urgence et 71,58 % des personnes interrogées ont estimé que les gouvernements n'avaient pas reconnu et utilisé les compétences, l'expérience et les réseaux des OSC locales en réponse à la COVID-19.

Selon le rapport, malgré les difficultés, les OSC africaines font preuve de résilience et d'agilité alors qu'elles s'adaptent à la "nouvelle réalité". Elles ont identifié certaines opportunités clés alors qu'elles cherchent à faire face à la pandémie, notamment en tirant parti des sources de financement nationales, en renforçant la solidarité sectorielle et en accélérant la transformation numérique. 

Le rapport conclut qu'il est encore trop tôt pour comprendre l'impact total de COVID-19 sur les OSC africaines, notant qu'il sera probablement de longue durée car la pandémie a exacerbé les défis historiques et actuels qui entravent le secteur. En même temps, il a noté que de nombreuses OSC restent optimistes quant à l'avenir, puisque 45,06 % des organisations interrogées ont estimé qu'elles sortiraient plus fortes et plus agiles après la pandémie.

Cliquez ici (https://bit.ly/3dS7izJ) pour une copie du rapport complet.

Distribué par APO Group pour EPIC Africa.

À propos de l'enquête :
EPIC-Africa et @AfricanNGOs ont réalisé l'enquête entre le 29 avril et le 15 mai 2020.

Une enquête de suivi sera réalisée fin 2020 pour évaluer l'évolution de l'impact de COVID-19 sur les OSC africaines.

A propos de @AfricanNGOs :
@AfricanNGOs est un compte Twitter qui couvre les nouvelles et les informations pour et sur les ONG en Afrique. Il est animé par David Barnard, un consultant en développement qui a plus de 25 ans d'expérience en tant que cadre supérieur et dirigeant dans le lancement et la direction d'organisations et de programmes de développement en Afrique. Il est actuellement consultant auprès de diverses ONG et fondations en Afrique.

À propos d'EPIC-Africa :
Co-fondé par Adwoa Agyeman et Rose Maruru en 2015, EPIC-Africa (www.EPIC-Africa.org) est une organisation panafricaine basée au Sénégal qui cherche à renforcer l'écosystème de la philanthropie en Afrique. EPIC-Africa développe de nouvelles approches pour aider à construire un secteur de la société civile solide et résilient. L'utilisation créative des données et de la technologie par l'organisation offre aux OSC africaines une plateforme unique pour faire preuve de transparence, renforcer leur légitimité et asseoir leur crédibilité. Les services et les outils d'EPIC-Africa créent des opportunités pour les OSC et leurs bailleurs de fonds de partager leurs connaissances, de renforcer leurs capacités et d'accroître leur impact.



Source : https://www.africa-newsroom.com/press/covid19-chal...



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 7 Octobre 2022 - 00:48 Le rugby à Madagascar : le pays fou du rugby

Vendredi 9 Septembre 2022 - 00:16 TeslaCoin : plateforme de trading ou cryptomonnaie ?


Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 99267667 ; 62883277 ; 66267667 (Bureau N'Djamena)