Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Sud Libye : l'UA condamne la présence de groupes rebelles extérieurs et appelle à une stratégie


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 19 Avril 2018


Le Comité de haut niveau de l'Union Africaine sur la Libye a tenu sa cinquième réunion, au niveau ministériel, à Addis Abéba, en Ethiopie, le 17 avril 2018. La réunion s'est tenue en présence notamment d'un représentant du Tchad, et de Moussa Faki Mahamat, Président de la Commission de l’Union africaine.

Les participants ont exprimé leur profonde préoccupation face à l'impasse politique dans le pays, à la situation sécuritaire précaire, à la violence sporadique et aux activités terroristes et à la détérioration de la situation humanitaire, en particulier en ce qui concerne la situation des migrants qui sont bloqués en Libye, à un moment où des efforts internationaux sont déployés pour essayer de parvenir à un règlement politique sur la base de l'Accord politique libyen (APL), afin de mettre un terme à la crise.

Les participants ont exprimé leur profonde préoccupation face à la situation sécuritaire en Libye et ont condamné le flux supplémentaire d'armes dans le pays, notant que le pays dispose de plus de 20 millions de pièces d'armes et n'en a plus guère besoin. Ils ont exhorté tous les acteurs régionaux et internationaux à arrêter l'approvisionnement en armes, conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations unies. Ils ont en outre appelé les parties prenantes internationales à interagir positivement avec toutes les parties concernées, afin de soutenir un règlement politique dans le pays. Les participants ont également souligné l’impératif que les actifs de la Libye restent gelés avec une gestion professionnelle, afin d’éviter leur dépréciation et leur perte éventuelle, et de garantir le droit de l’État de Libye à cet effet.

Une profonde préoccupation la prolifération des groupes armés et des activités criminelles dans le Sud de la Libye a été noté. Les participants ont exprimé la nécessité d'une stratégie d'engagement adaptée, y compris à travers l’organisation d’une réunion avec les principales parties prenantes dans cette région. Ils ont réaffirmé leur rejet total du terrorisme sous toutes ses formes et manifestations, et ont fermement condamné les groupes rebelles  terroristes et extérieurs opérant en Libye, ainsi que leurs activités criminelles.

Il ne peut y avoir de solution militaire au conflit en Libye, selon eux. Ils ont souligné, une fois encore, aux parties prenantes libyennes, l'impératif de participer à une conférence de réconciliation nationale inclusive proposée par l’UA et les Nations unies, afin que les Libyens puissent s’approprier leur propre processus politique et leur destin.