Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : 2 personnes sur 5 sont en sous-alimentation


Alwihda Info | Par Malick Mahamat Tidjani - 18 Octobre 2019 modifié le 18 Octobre 2019 - 12:26



Le coordinateur des Nations Unis, Stéphane Toull a appelé mercredi à une action renforcée et plus vigoureuse dans un pays comme le Tchad, pour lutter contre la faim. Cette action doit s’inscrire dans tous les secteurs, de la production, de la transformation et de la commercialisation de produits alimentaires.

Il s’est exprimé à l’occasion de la commémoration de la Journée mondiale de l’alimentation sous le thème : « agir pour l’avenir : une alimentation saine pour un monde faim zéro ».

Stéphane Toull a émis le souhait que des produits alimentaires sains soient à la portée de tous les tchadiens, et a appelé à s’intéresser sur la provenance, la composition et la préparation des produits que nous mangeons tous les jours.

La mauvaise alimentation constitue une des principales causes de mortalité à travers le monde. Les maladies provoqués par une mauvaise alimentation sont nombreuses. Dans le monde, en raison de l’alimentation malsaine, plus de 660 millions d’adolescents sont obèses. Plus de 150 millions d’enfants de moins de cinq ans souffrent de retard de croissance et plus de 800 millions de personnes souffrent de la faim.

« Nous sommes tous concernés. Au Tchad, nous nous situons surtout dans la catégorie des pays dont le niveau de sous alimentation est supérieur à 35%, soit près de 4 personnes sur 10 », a indiqué Stéphane Toull.

Le Tchad est entrain de réfléchir à une nouvelle politique agricole qui va traduire sa vision pour le Tchad que nous voulons d’ici 2030. « C’est une excellente opportunité que nous offrent les décideurs publiques , les agriculteurs, les acteurs du secteur privé et tous les partenaires intéressés », a affirmé le coordinateur des Nations Unis.

D’après lui, il faut « s’engager résolument dans un système agricole sensible à la nutrition. L’objectif est de fournir à tous un plus grand choix d’aliment sain. Avec une population qui double quasiment tous les 24 ans ici au Tchad, le système alimentaire et agricole sont en question. »

Le système des Nations Unis et la communauté des partenaires disposent d’experts qui continueront de soutenir les efforts du gouvernement et du peuple tchadien en faveur d’une augmentation des produits alimentaires sains.

Les partenaires du pays, en coordination avec les ministères de l’Agriculture et de la Santé travaillent conjointement pour produire au Tchad des aliments complémentaires sous forme de farine enrichie destinée à l’alimentation en bouillie des petits enfants.

Le Programme alimentaire mondial appui des milliers de personnes au Tchad avec un apport nutritionnel. Il cherche à privilégier les investissements à long terme afin de favoriser le développement.

« Le Tchad s’est beaucoup investi dans le développement agricole avec différents programmes. Des politiques majeures sont définies », s’est félicité le coordinateur des Nations Unis, Stéphane Toull.

L’investissement dans le secteur alimentaire et la nutrition est le « gage d’un développement qui ne laisse personne au bord du chemin ». Les tchadiens bénéficiant d’aliments accessibles et abordables « constituera une richesse inestimable pour tirer le Tchad vers le sommet », a conclu Stéphane Toull.




Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 63205229 ; 66304389 ; 63415139  (Bureau N'Djamena)