Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

Tchad: L’enseignement sur des cailloux


Alwihda Info | Par Alwihda Info - 12 Juin 2011

Les élèves sont sur les cailloux pour apprendre. Or l’enseignement est une discipline par excellence et les apprenants doivent être mis dans de conditions confortables, acceptables et dans un environnement sain. Voyez dans quelles conditions sont les élèves de ce village ? (voir photo) La discipline est l’une des conditions de réussite. Il y a manque de structure d’accueil adéquate, manque de personnel qualifié.




 

Le système éducatif tchadien souffre. Le sérieux problème que connaissent les villageois reste celui des salles des classes, les enseignants qualifiés, des manuels didactiques, des matériels pédagogiques.  On dirait certes que l’histoire du système éducatif parait vieille avec la création de la première école à Mao. Cette école ne comptait qu’un effectif de 11 élèves et elle faisait le bon chemin jusqu’à  une certaine période donnée. Aujourd’hui elle est au galop supérieur surtout en nombre des élèves qui sont quelquefois sous les arbres à l’air libre sans accessoires. D’autres sous les hangars qui ne supportent la tombée  de premières grosses pluies. Il y a aussi ceux qui sont assis sur des pierres déséquilibrées, une image ne correspondant en aucun moment à celle d’un pays pétrolier.  (voir l’image d’une des deux classes du village Gamara à une dizaine de km de Biltine).

Pour plaider la cause de cette structure dite scolaire, le Directeur de l’école, les parents d’élèves, l’Imam et les notables du village ont écrit plusieurs fois au Ministre de l’Education nationale et au Secrétaire général du Ministère. En dehors de promesse, aucune démarche réelle ou sincère n’a été entreprise pour résoudre leur problème. Pourtant, la demande était simple. L’école n’a besoin que d’une vingtaine de tables et de bancs dont le prix ne dépasse pas un menu à l’hôtel Kempinski.

 

Dans la zone méridionale, le phénomène de hangars qui ne supportent la tombée  de premières grosses pluies anticipe les grandes vacances notamment. Ces pluies détruisent systématiquement les livres de lecture et autres matériels scolaires. Dans des centres urbains tout comme dans des villages les élèves étudiants à même le sol. Pourtant les tables bancs sont confectionnées chaque année. Mais où partent ces tables bancs. Si le Tchad a un ministère de contrôle, l’avenir nous révélera  de nouveau le réseau qui sombre à  l’éducation nationale. A quoi sert de crier sur le toit en disant que le gouvernement fait de l’éducation son cheval de bataille ? Un tour dans nos régions  nous a permis de constater et déplorer ce que font certains des délégations. Il y a de création anarchique des écoles communautaires dans d’autres localités. C’est une création qui  ne respecte pas le critère d’implantation d’une école qui est celui de distancer à 5km. C’est une pratique dans le Mandoul, surtout dans le Barh Sara dans la sous préfecture de Rourou. Ceci en complicité des inspecteurs. Car pour eux, avoir un SAP (le Secteur d’Animation Pédagogique), il faut au moins cinq villages. Pour favoriser leurs parents à diriger ces SAP, il suffit de fouler le circuit normal au pied. Les soi-disant écoles ne sont rien d’autres que la présence des Maîtres Communautaires (MC) n’ayant pas un niveau requis. Ils baissent davantage le niveau des enfants et cela peut être appelé un crime intellectuel. C’est également un danger social que l’Etat doit suivre de près afin de sauver la vie de nos futurs cadres. Nous avons rencontré la même situation à l’Est  à l’Ouest du pays.

 

Les élèves sont sur les cailloux pour apprendre. Or l’enseignement est une discipline par excellence et les apprenants doivent être mis dans de conditions confortables,  acceptables et dans  un environnement sain. Voyez dans quelles conditions sont les élèves de ce village ? (voir photo) La discipline est l’une des conditions de réussite. Il y a manque de structure d’accueil adéquate, manque de personnel qualifié.

 

À notre avis il sera beaucoup bénéfique pour l’Etat de former assez d’enseignants et les intégrer pour les mettre à la disposition des villageois. Ceci pour arrêter les pleurs des paysans, car pour eux l’école est pour apprendre et former les citoyens de demain. Et tenter à faire de n’importe quoi avec de formation, également des matériels didactiques ainsi que les matériels pédagogiques. La suppression de la méthode syllabique et les enseignants suppléants sont la cause fondamentale de baisse de niveau. Car les enseignants suppléants ne maîtrisent pas les livres de lecture « Hamidou et Mariam ». De graves erreurs proviennent de nos fameux MC pleins dans nos villages contribuant à la baisse de niveau.  Les autorités  éducatives sont interpellées à veiller sur ce phénomène qui pèse sur l’ensemble du territoire.

 

A l’occasion des assises sur l’appropriation et l’adoption des outils pédagogiques d’autoformation des enseignants à l’éducation au VIH/Sida dans la zone CEMAC du 16 au 24 Mai 2011 à N’Djamena, Le ministère de l’éducation nationale et le directeur général de la planification et de l’administration Mr Ousmane Ber, ont tous les deux indiqué que le Tchad s’engage à réviser le système éducatif en mettant au cœur du dispositif la reforme curriculaire visant l’amélioration de la qualité de l’enseignement et les conditions d’apprentissage des apprenants. Les déclarations comme celles-ci sont nombreuses et les écoles scolaires des villages attendent encore des autorités de se mouiller les chemises.

 

                                                         Par Elysée N