Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : de nombreuses victimes des faux médicaments chaque année


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 17 Avril 2019 modifié le 17 Avril 2019 - 08:41



© DR
© DR
Le ministère de la Santé publique et ses partenaires organisent depuis ce mardi 16 avril des assises nationales de trois jours sur la santé. Les travaux ont été ouverts par le ministre d'Etat, ministre secrétaire général à la Présidence de la République, Kalzubet Pahimi Deubet.

L'accès à des médicaments de qualité demeure un défi au Tchad. La prolifération des faux médicaments persiste dans les marchés, tandis que des points de vente illégaux tenus par des non-professionnels sont ouverts.

Dr. Jean-Bosco Ndihokubwayo, représentant de l'OMS au Tchad, a appelé à "jeter les bases profondes d'une réorganisation profonde, adéquate, pérenne et résiliente du secteur pharmaceutique, et partant du système de santé".

D'après lui, le système de santé doit s'aligner sur l'objectif du triple milliard décliné dans le 13ème programme de travail de l'OMS, à savoir d'ici 2023, 1 milliard de personnes supplémentaires qui bénéficient de la couverture sanitaire universelle, 1 milliard de personnes supplémentaire qui bénéficient d'un meilleur état de bien-être , et 1 milliard de personnes supplémentaires qui sont protégés contre les situations d'urgence. Toutefois, "aucun de ces objectifs ne peut être atteint sans un meilleur accès aux médicaments", explique-t-il.

La lutte contre cette prolifération de faux médicaments passe par un système de distribution avec une chaîne très sécurisée, de l'industriel au pharmacien, en passant par le distributeur.

"Une loi criminalisant les faux médicaments est d'une nécessité impérieuse. La prolifération des pharmacies et des dépôts anarchiques doit pouvoir être discuté dans ces assises et trouver les solutions pour qu'elles soient bannies à l'avenir avec notamment la mise en place de la police sanitaire", a souligné le ministre de la Santé publique, Aziz Mahamat Saleh.

La Gouvernement affiche sa détermination à assurer la disponibilité de l'accès à des médicaments de qualité sur tout le territoire. "Les médicaments constituent non seulement une composante essentielle du système de santé mais conditionnent fortement le succès de toute politique en matière de santé publique. Il est vital de développer des approches et des stratégies permanentes pour garantir la qualité et la disponibilité des médicaments pour mieux faire face à la santé des populations", a expliqué le ministre d'Etat, ministre secrétaire général à la Présidence de la République, Kalzubet Pahimi Deubet.

Il a défendu la politique et les actions du Gouvernement qui "a toujours inscrit la question du médicament au sein de la politique nationale de santé, comme le prouve la part non moins importante de ressources qui sont annuellement allouées à l'approvisionnement en médicaments et divers produits pharmaceutiques", selon lui.

En Afrique, le trafic des faux médicaments prolifère et fait chaque année des milliers de victimes. D'après l'Organisation mondiale de la santé (OMS), un médicament sur 10 dans le monde est une contrefaçon. Ce chiffre peut atteindre 7 sur 10 dans certains pays, notamment en Afrique. Le business de la contrefaçon des médicaments arrive en tête des trafics illicites, et est parfois plus rentable que le cannabis.



Dans la même rubrique :
< >