Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : des mesures prises face à la détection de la peste équine


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 22 Avril 2019 modifié le 22 Avril 2019 - 15:39



© DR
© DR
Le ministère de l'Elevage et des Productions animales a informé ce dimanche 21 avril qu'une mortalité massive des ânes et des chevaux a été enregistrée dans plusieurs provinces ces dernières semaines. Des investigations épidémiologiques diligentées par le ministère ont confirmé la présence du virus de la peste équine.

"Cette maladie vient également d'être notifiée par certains pays africains à l'Organisation internationale de la santé animale (OIE). La peste équine est une maladie virale qui touche les équidés (chevaux et ânes et dans les rares cas les chiens). Elle n'est pas transmissible à l'Homme. Cependant, comme pour toute maladie réputée contagieuse sur tout le territoire de la République du Tchad, des dispositions exceptionnelles et immédiates doivent être prises. Ainsi, une notification immédiate de la maladie vient d'être faite par la directrice des services vétérinaires à l'OIE", a expliqué le ministre de l'Elevage et des Productions animales, Gayang Souaré.

Un arrêté portant instauration des mesures de police sanitaire a été pris ce dimanche. Il s'applique à toutes les espèces des équités. Ces mesures préconisent la restriction des mouvements des équipés dans les zones infectées, l'interdiction des foires et des échanges commerciaux, ainsi que le transport des animaux vers les zones mondaines.

L'arrêté prévoit également la délimitation par les délégués provinciaux des zones d'infection qui doivent être maintenues pendant deux ans après la constatation du premier foyer de la maladie, l'instauration d'une zone de protection entourant le foyer sur un rayon d'environ 100 km, la délimitation d'une zone de surveillance entourant la zone de protection sur une profondeur de 50 autres kilomètres dans laquelle aucun programme de vaccination contre la peste équine n'a été mis en oeuvre, la vaccination des animaux éligibles dans les zones indemnes de la maladie en utilisant un vaccin approprié, l'instauration d'une surveillance épidémiologique accrue des équidés domestiques et ceux de la faune sauvage sur toute l'étendue du territoire national et l'application rigoureuse de ces mesures afin de circonscrire ces foyers.