Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : des voix s'élèvent après l’arrestation de deux chefs de canton de Fada


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 8 Juillet 2018 modifié le 8 Juillet 2018 - 11:12



Le chef de canton Mourdia, Oumar Chidi Sougoumi (gauche) et le chef de canton Haouda, Général Mahamat Abdallah Kébir (droite).
Le chef de canton Mourdia, Oumar Chidi Sougoumi (gauche) et le chef de canton Haouda, Général Mahamat Abdallah Kébir (droite).
Le Collectif pour la Défense de Fada (CODEF) s’insurge contre l’arrestation de deux chefs de canton de l’Ennedi suite à des conflits intercommunautaires dans la région du Ouaddaï, selon une déclaration parvenue à Alwihda Info.

Des affrontements ont éclaté entre des agriculteurs de la région de Tranou dans le Ouaddaï et des jeunes bergers lorsque trois troupeaux de dromadaires ont envahi les champs et brouté les feuilles des arbres, dans l’est du Tchad, selon des sources locales. Le bilan est d’un mort parmi les agriculteurs et un mort parmi les jeunes bergers. Lors de ces violences, plus de 300 dromadaires se sont échappés dans la nature et d’autres ont été saisis par les agriculteurs. Trois bergers ont été pris en otage et trois autres bergers mineurs pourchassés par les agriculteurs, se sont égarés pendant trois jours avant d’être retrouvés par leurs proches. Il a fallu l’intervention des chefs traditionnels et des autorités locales de la région pour obtenir la libération des trois bergers retenus par les agriculteurs, explique le CODEF. Et d'ajouter que le jour de la fête de l’Aid El Fitr 2018, des groupes d’éleveurs originaires de plusieurs clans de la région de L’Ennedi ont attaqué les agriculteurs faisant 9 morts du côté de ces derniers.

Selon le CODEF, "suite à ces conflits, le Général Mahamat Abdallah Kebir, chef de canton du clan Haouda et M. Oumar Sidi Sougoumi, chef de canton du clan Mourdia ont été convoqués à Abéché par le ministre de l’Administration du territoire, de la Sécurité publique et de la Gouvernance locale. Lors d’une réunion de médiation, Ahmat Mahamat Bachir, originaire de la région, aurait exigé aux deux chefs de canton de soit retrouver et ramener les auteurs des crimes, soit payer une « diya » de 14 personnes dont 4 personnes tuées lors d’un autre conflit antérieur. Comme les leaders tribaux ont refusé de faire le travail des forces de l’ordre et de la justice tchadienne, ils ont été arrêtés et détenus depuis le début de cette semaine à la brigade mobile d’Abéché."

"Depuis quand on arrête des chefs de canton pour des actes commis par leurs administrés ?", s'interroge le CODEF.

Le collectif rappelle que le forum sur les réformes institutionnelles a retenu dans ses recommandations que la « pratique de la Diya ne doit pas être généralisée et ne fait en aucun cas obstacle à l’action publique. Et la responsabilité pénale doit être individuelle et non collective ».

Tout en condamnant de la façon la plus absolue tous ces actes barbares, le CODEF  exige "la libération immédiate et sans conditions de ces deux chefs de canton qui ne sont en rien responsables de ces tueries."

Le CODEF recommande au gouvernement l’ouverture d’une enquête indépendante en vue de bien situer les responsabilités dans ces crimes ainsi que la dépolitisation de l’administration publique en vue de prévenir et de gérer équitablement les conflits communautaires.



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 11 Novembre 2018 - 06:55 Les tchadiens rendent hommage à Béchir Madet