Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REPORTAGE

Tchad : face au manque d'eau à Abéché, un mode de vie difficile pour les citoyens


Alwihda Info | Par Abba Issa - 5 Octobre 2020


Des charrettes avec des bidons d'eau qui sont livrés par des coursiers dans la ville d'Abéché. © Abba Issa/Alwihda Info
Des charrettes avec des bidons d'eau qui sont livrés par des coursiers dans la ville d'Abéché. © Abba Issa/Alwihda Info
La ville historique et légendaire du grand Nord du pays, Abéché, compte plus de 200.000 âmes qui vivent dans la paix, la tolérance et le pardon. La ville regroupe toutes les couches sociales du pays. Avec la pression démographique, l'accès à l'eau potable est devenu un véritable défi dans les sept arrondissements que compte la ville. D'après les spécialistes en la matière, la capitale du Ouaddaï est sur une surface rocheuse.

Un château d'eau qui alimente la ville est situé à 45 km, dans le village de Biteha, depuis les années 60. Il n'est aujourd'hui pas en mesure de couvrir l'ensemble de la ville, ayant été conçu pour moins de 200.000 habitants.

La problématique de l'accès à l'eau à Abéché est cruciale et ne laisse personne indiférrent. La population souffre énormément, notamment les jeunes étudiants venant des différentes contrées du pays et ceux venant des pays voisins du Tchad pour étudier dans les différentes institutions universitaires de la place.

Des réservoirs d'eau vides dans la ville d'Abéché. © Abba Issa/Alwihda Info
Des réservoirs d'eau vides dans la ville d'Abéché. © Abba Issa/Alwihda Info
Allaissem, un étudiant tout pressé, sac à la main, va réviser ses cours près des ouadis. "Il m'arrive de payer les 10 bidons de 20 litres d'eau à 1000 Fcfa, voire 1500 Fcfa et plus quand il fait chaud", explique-t-il.

"Je suis devenu un gestionnaire sans m'en rendre compte. Je gère l'eau de sorte à ce qu'il n'y ait pas de rupture, avant que le tour de notre fontaine arrive. Il arrive que nous soyons omis pendant une semaine", déplore Allaissem.

Comme de nombreux citoyens, il a adapté son mode de vie à la situation. "J'ai laissé l'habitude de me baigner trois fois par jour", dit-il.

Haoua, une ménagère du quartier Amirié, indique que ce sont surtout les femmes qui souffrent énormément du manque d'eau car elles ont des petits enfants. Elles lavent les habits, cuisinent et font beaucoup d'autres activités réservées à une maman.

Dès que l'on aborde la question de l'eau, Haoua peine à cacher sa colère. "Ne me parlez pas de l'eau, de grâce, moi et mes enfants sommes habitués à prendre l'eau salé de la pompe à la maison. Je dis merci à ces bonnes volontés qui ont implanté des pompes pour nous, les pauvres citoyens délaissés depuis des années", peste-t-elle.

Un coursier remplit des bidons d'eau dans une station, au Ouaddaï, à l'Est du Tchad. © Abba Issa/Alwihda Info
Un coursier remplit des bidons d'eau dans une station, au Ouaddaï, à l'Est du Tchad. © Abba Issa/Alwihda Info
Face à ce problème d'accès à l'eau, les jeunes de la ville ont lancé une campagne en 2019 durant le mois saint de Ramadan, dénommée "l'eau pour la ville d'Abéché", en distribuant avec une citerne de l'eau, maison par maison. Un autre groupe de jeunes a lancé une opération de sensibilisation sur Internet "Je suis Abéché, j'ai soif".

La campagne s'est ensuite transformée en collectif Grande Source qui entend chercher des partenaires et des bonnes volontés pour réaliser des forages dans les arrondissements.

Lors de sa récente visite à la station de pompage de Bitéha, le gouverneur de la province du Ouaddaï a instruit les responsables en charge de la centrale de fermer tous les points d'eau sur la ligne principale qui ravitaille la ville, tout en laissant quelques-uns afin que l'accès à l'eau soit pour tous.