Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : l'ADHET accuse Amnesty d'inciter au désengagement des partenaires au développement


Alwihda Info | Par - 28 Juillet 2018


L’ADHET a accusé Amnesty International d’appeler les partenaires au développement du Tchad à un désengagement à travers un combat diplomatique contre le Tchad.


Le secrétaire général de l’Alliance des défenseurs des droits humains et de l’environnement au Tchad (ADHET), Abba Daoud Nandjedé. Alwihda Info
Le secrétaire général de l’Alliance des défenseurs des droits humains et de l’environnement au Tchad (ADHET), Abba Daoud Nandjedé. Alwihda Info
Le secrétaire général de l’Alliance des défenseurs des droits humains et de l’environnement au Tchad (ADHET), Abba Daoud Nandjedé a fait hier, vendredi 27 juillet, au CEFOD, un point de presse pour dénoncer ce qu’il qualifie d'acharnement d'Amnesty International à travers la publication de son dernier rapport sur la situation sociale au Tchad.

L’ADHET dit s’interroger sur les objectifs ultimes d'Amnesty International qui, après avoir littéralement sali l’image du Tchad par un rapport fait au vitriol, revient à la recharge, cette fois-ci avec des arguments économiques vernis du social, comme si l'ONG était mieux armée pour mettre en exergue le social des tchadiens face à la difficulté de gestion d’un Etat.

Selon l’ADHET, non content de s’ériger en tribunal des faits sur le Tchad, Amnesty International a ouvert en toile de fond, dans son rapport 2018 publié à N’Djamena le 16 juillet 2018, un combat diplomatique sous couvert d’une campagne internationale contre le Tchad auprès de ses partenaires au développement.

L'ADHET souligne qu'un chapitre entier y est consacré et représente l’objectif ultime de ce rapport qui milite clairement pour un appel au désengagement des partenaires économiques et financiers vis-à-vis du Tchad. Cet appel consiste à appeler les partenaires à réévaluer leurs partenariats sur le plan du financement des projets et des programmes sociaux et économiques du Tchad.

Abba Daoud Nandjedé a affirmé que ce genre d’action n’est pas digne d’une organisation qui se dit défenseur des droits humains. Or, dit-t-il, les projets et programmes financés par les partenaires au développement participent de leur mission tant dans le domaine de lutte contre la pauvreté que dans l’amélioration des conditions de vie de la population en ce qui concerne la santé ou l’éducation qu’elle peint en noir. "Quand Amnesty International va jusqu’à présager une instabilité sociale au Tchad, il est légitime de demander une explication claire et précise sur les faits qui sous-tendent cette affirmation. Sinon Amnesty International a un agenda caché", selon l'ADHET.

De l'avis de l'ADHET, "puisque Amnesty International est passée maitre dans l’art de payer pour le voyage à l’étranger ou contribuer à l’obtention de l’exil des tchadiens, activistes de tous bords ou défenseurs des droits humains par calculs, elle connait mieux les tenants et les aboutissants de cette instabilité qu’elle annonce".

L’ADHET entend entre autres, procéder à une enquête approfondie sur les intentions réelles d’Amnesty International et de ses réseaux établis au Tchad, de publier un rapport qui rétablira la vérité et de poursuivre l'ONG en justice devant les instances compétentes.
Djimet Wiche Wahili
Journaliste, directeur de publication. Tél : +(235) 66304389 E-mail : djimetwiche@gmail.com En savoir plus sur cet auteur



Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 99267667 ; 62883277 ; 66267667 (Bureau N'Djamena)