Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : l'Université Emi-Koussi dénonce la falsification de ses diplômes par un usurpateur


Alwihda Info | Par - 8 Janvier 2021


Un faut cachet de l'Université a été découvert chez des individus lors d'une perquisition de police.


Le vice-président l’Université EMI-KOUSSI, Bigaouala François-Xaviér a fait un point de presse jeudi pour éclairer l’opinion sur l’agissement de Sieur NDILNGAMADJI NDILRO au nom de ladite université. Selon Bigaouala François-Xaviér, l'auteur présumé et ses complices ont été appréhendés par la police judiciaire dans le cadre d'une procédure qui les oppose au ministère de la Fonction publique ; la procédure a conduit à une perquisition au domicile de Sieur NDILRO Alias Ferdinand, suivant un mandat régulier.

"Plus surprenant, lors de cette opération, les policiers ont retrouvé plusieurs objets en sa possession, parmi lesquels le cachet du vice-président de l’université EMI-KOUSSI. Aussitôt, l’Université EMI-KOUSSI a été alertée par la police et s'est rendue immédiatement sur les lieux pour constater de visu les faits. Un constat d'huissier de justice s'en est suivi pourmieux conserver les éléments de preuve attestant de la culpabilité des mis en cause", explique le vice-présidente l’Université EMI-KOUSSI, Bigaouala François-Xaviér. 

Il informe que compte tenu de la flagrance des faits, une plainte a été immédiatement introduite par le conseil de l’Université EMI-KOUSSI, le cabinet de Me ALLAH-RAMADJI NABAYE, Avocat au Barreau du Tchad.

« L'on estime que ce cachet qui a été imité serait confectionné à dessein, pour permettre non seulement de délivrer des faux diplômes mais aussi de délivrer les actes pouvant engager la responsabilité de ladite institution. Cet acte est patent et mérite que l’auteur ainsi que ses complices soient poursuivis afin qu'ils répondent de leurs actes, conformément à notre droit positif », dit-il. 

Il souligne que le parquet d’instance prés le Tribunal de grande Instance de N'Djamena a été régulièrement saisi, et un soit transmis a été fait à la police judiciaire à l'effet d’écouter l’auteur ainsi que les complices de cette falsification afin qu'ils soient déférés devant les juges pour toute suite juridique.

D’après Bigaouala François-Xaviér, l'Université EMI-KOUSSI ne pourrait observer un silence assourdissant, raison pour laquelle elle a estimé judicieux de porter cette affaire à l'attention de l'opinion de publique.

L'Université EMI-KOUSSI attire l'attention du public par rapport à certains documents qui pourraient porter ce cachet falsifié au grand préjudice de cette prestigieuse Université, qui depuis plus de  deux ans, œuvre aux cotés du gouvernement tchadien dans la formation des paisibles citoyens. 
Djimet Wiche Wahili
Journaliste, directeur de publication. Tél : +(235) 66304389 E-mail : djimetwiche@gmail.com En savoir plus sur cet auteur



Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 99267667 ; 62883277 ; 66267667 (Bureau N'Djamena)