Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : "l'appropriation de nos demeures est une ligne rouge" (famille Ourada)


Alwihda Info | Par Djibrine Haidar - 25 Février 2020



Tchad : "l'appropriation de nos demeures est une ligne rouge" (famille Ourada). © Djibrine Haïdar/Alwihda Info
Tchad : "l'appropriation de nos demeures est une ligne rouge" (famille Ourada). © Djibrine Haïdar/Alwihda Info
Le représentant de la famille Ourada, Haroun Badawi Mahamat, a expliqué mardi, au cours d'un point de presse en présence de Maître Alain Kagonbé et de Yacoub Saleh Ourada, que la tentative d'expropriation de leurs propriétés privées à Abéché est une "ligne rouge."

Selon lui, "leur présence démontre à suffisance leur respect de la loi."

"Nous sommes respectueux de la loi et nous avons une culture du respect du vivre ensemble. Mais respecter l'autre exige aussi à ce que l'autre nous respecte", a déclaré Haroun Badawi Mahamat.

"La nomination du nouveau sultan qui n'est pas issu de la lignée est un acte de l'Etat. Nous faisons que nous soumettre, tout en rappelant que nous avons déjà saisi les autorités pour dire que cette nomination est entachée d'incongruités", a-t-il dit.

Tchad : "l'appropriation de nos demeures est une ligne rouge" (famille Ourada). © Djibrine Haïdar/Alwihda Info
Tchad : "l'appropriation de nos demeures est une ligne rouge" (famille Ourada). © Djibrine Haïdar/Alwihda Info
Dénonçant une tentative d'expropriation de deux Palais par l'Etat, Haroun Badawi Mahamat a expliqué que "la première demeure appartient au sultan Mahamat Ourada Ibrahim et la deuxième demeure est celle du Sultan Ali Sileck. Quand Sultan Mahamat Ourada est décédé, c'est son cousin Ali Sileck qui a été désigné comme Sultan. Par respect à la mémoire de son cousin, il n'a pas voulu habiter l'autre maison. Il a utilisé sa propre résidence comme Palais Royal."

Il a précisé qu'au décès de Ali Sileck, "c'est le fils à sultan Mahamat Ourada qui a été désigné Sultan. Les enfants d'Ali Sileck, comme c'est leur cousin, ils ont cédé la maison mais c'est la maison familiale. Mahamat Ourada II a habité dans la même maison."

"Aujourd'hui, le refus de la famille Ourada et de la famille Ali Sileck de laisser la maison au nouveau sultan est pour une simple raison : il n'est pas de la lignée, ni de Ourada, ni de Ali Sileck. On est tous des tchadiens, nous sommes tous soit chrétien soit musulman, et l'héritage a des normes à respecter. L'appropriation de nos deux demeures est une ligne rouge. Nous n'accepterons jamais", a laissé entendre le représentant de la famille Royale.

La famille entend "user de toutes les voies et procédures judiciaires pour défendre (ses) droits".

"Au cas contraire, nous allons aussi nous comporter comme l'autre qui est en face de nous", selon Haroun Badawi Mahamat.



Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 63205229 ; 62883277 ; 66267667 (Bureau N'Djamena)