Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : l'ultime recours des Transformateurs pour la révision constitutionnelle


Alwihda Info | Par - 26 Novembre 2020


Succes Masra a dévoilé mercredi le contenu d'une lettre adressée à la Commission parlementaire, chargée de la révision du projet de loi sur la Constitution.


Tchad : l'ultime recours des Transformateurs pour la révision constitutionnelle. © Les Transformateurs
Tchad : l'ultime recours des Transformateurs pour la révision constitutionnelle. © Les Transformateurs
Dans le projet de révision constitutionnelle en cours au Tchad, le président des « Transformateurs » propose trois principales recommandations. La proposition phare reste l’éligibilité sur le critère de majorité civile et électorale à 18 ans, au lieu de 45 ans, comme c'est le cas actuellement. Le message des « Transformateurs » aux députés, chargés de réviser la Constitution est le suivant : « Il y a deux Tchad qui se dessinent et nous n'accepterons aucune disposition constitutionnelle qui serait prise au nom de la minorité, pour exclure la majorité. Car dans aucun pays sérieux au monde, une majorité prend des mesures pour s'exclure elle-même. La seule manière de recoller ces deux Tchad, c'est de rétablir la justice et l'inclusion ».

En venant en masse écouter le président des « Transformateurs », depuis le balcon de l'Espoir, les Tchadiens et les Tchadiennes ont eu l’espoir de se nourrir d'un dialogue intergénérationnel intelligent. Ils n'accepteront jamais, dit-il, qu’on exclut la jeunesse des choix les plus stratégiques du pays.

Dans la correspondance détaillée adressée aux députés, au sujet de la future Constitution, il y a une série de trois recommandations fortes : -Introduire dans la Constitution, pour garantir la solidarité intergénérationnelle, la séparation effective des trois pouvoirs, la laïcité et la diversité des talents ; -Consacrer le principe « tout électeur est éligible sur le critère d’âge de majorité civile et électorale de 18 ans », afin de ne pas exclure, comme c’est le cas aujourd’hui, 80% du peuple ; -Instauration d’un mécanisme constitutionnel pour faire la paix avec le passé et le présent, et protéger l’avenir, grâce à des institutions équilibrées, indépendantes et inclusives.

Pendant plus d’une heure, le président Masra a détaillé ces mesures pour, selon ses mots, « lancer à tous l'alerte maximale et ultime ». Le projet de loi constitutionnelle devrait être adopté le 30 novembre 2020 à l'Assemblée nationale, à la veille de la fête du 1er décembre, marquant les 30 ans de l'arrivée au pouvoir du président Idriss Déby Itno.



Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 99267667 ; 62883277 ; 66267667 (Bureau N'Djamena)