Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : la place de Tokama Kemaye "n'est pas à la Maison d'arrêt"


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 12 Janvier 2020 modifié le 12 Janvier 2020 - 02:24



L'avocat de l’activiste de la société civile Tokama Kemaye, Maitre Nanadjingue Frederic. © Alwihda Info
L'avocat de l’activiste de la société civile Tokama Kemaye, Maitre Nanadjingue Frederic. © Alwihda Info
L'avocat de l’activiste de la société civile Tokama Kemaye, Maitre Nanadjingue Frederic a appelé samedi à la libération de son client, estimant que "sa place n'est pas à la Maison d'arrêt."

"Il y a un certain nombre de nos compatriotes qui ont réellement pris les armes contre le régime, troublant de ce fait l’ordre constitutionnel. Cependant, ils ont bénéficié de la clémence des autorités politiques. Nous estimons que Tokama Kemaye également mérite cette clémence. Sa place n’est pas à la Maison d’arrêt, mais plutôt sur le marché de la recherche d’emploi, pour subvenir aux besoins de sa famille et se rendre utile à la Nation", a-t-il dit lors d'un point de presse à N'Djamena.

"Vivement que ce plaidoyer puisse avoir des échos favorables en ce début d’année marqué par la décrispation du climat social", a souligné Maitre Nanadjingue Frederic.

Il a expliqué que le péché de son client est celui d’avoir reçu un courrier dans sa boite, par le porte-parole d’un mouvement qui a remarqué l’activisme de Tokama pour la cause des droits de l’Homme.

L'avocat a ajouté qu’il ne s’en est suivi aucunement des actes matérialisant son accord avec la proposition du mouvement pour le poste de secrétaire pour N'Djamena.

Tokama Kemaye est poursuivi et détenu depuis mai 2019 en Maison d’arrêt. A l'origine de ses ennuis judiciaires, sa supposée désignation comme secrétaire d'un mouvement à N'Djamena. Ledit courrier transmis à la police, lui a valu son arrestation, ayant été accusé de complicité de trouble à l’ordre constitutionnel. Il a été placé sous mandat de dépôt par le juge d’instruction.

"Nous avons constaté, depuis le début de cette nouvelle année, le souffle d’un vent de décrispation du climat social au Tchad", a souligné l'avocat.

Il a fait un plaidoyer à l’attention des hautes autorités, plus particulièrement au Président de la République, en sa qualité de premier magistrat et garant de l’ordre constitutionnel, afin de s’appesantir sur ce cas.

L'avocat de l’activiste de la société civile Tokama Kemaye, Maitre Nanadjingue Frederic. © Alwihda Info
L'avocat de l’activiste de la société civile Tokama Kemaye, Maitre Nanadjingue Frederic. © Alwihda Info



Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 63205229 ; 66304389 ; 63415139  (Bureau N'Djamena)