Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERVIEW

Tchad : "le gouvernement a tenu sa parole" sur les AGS


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 31 Janvier 2019 modifié le 31 Janvier 2019 - 18:21

Le porte-parole adjoint de la plateforme syndicale revendicative, Mahamat Nasradine Moussa a indiqué hier, lors d’un entretien accordée à Alwihda Info, que les fonctionnaires ont commencé à percevoir leur salaire avec une augmentation de 15% conformément à l’accord signé avec le gouvernement.


Le porte-parole adjoint de la plateforme syndicale revendicative, Mahamat Nasradine Moussa. © Alwihda Info
Le porte-parole adjoint de la plateforme syndicale revendicative, Mahamat Nasradine Moussa. © Alwihda Info
La plateforme syndicale revendicative se réjouit que le gouvernement ait respecté son engagement qui contribuera à amener les fonctionnaires à rétablir la confiance perdue envers le gouvernement liée au non-respect de la promesse tenue. Elle exhorte le gouvernement à accélérer la mise en oeuvre des autres points contenus dans le protocole d’accord signé.

Les fonctionnaires ont commencé à percevoir leurs salaires depuis hier, l’information selon laquelle l’AGS (Augmentation générale spécifique des salaires) est rétablie. Est-ce que vous confirmez cela ?

Mahamat Nasradine Moussa : Comme vous venez de le dire, depuis hier les fonctionnaires en général sont en train de percevoir leurs salaires. Avant même que les salaires ne tombent, nous en tant que syndicalistes, membres de la plateforme syndicale revendicative, nous avons cherché à savoir si le gouvernement a pris en compte le protocole d’accord que nous avons signé avec lui concernant le rétablissement d’AGS. Nous avons eu l’information que le rétablissement de l’augmentation générale spécifique de salaire a été effectivement pris en compte dans le virement de salaire du mois de janvier. Nous, nous sommes dit qu’on devrait attendre que les camarades travailleurs perçoivent leurs salaires pour voir si l'augmentation générale spécifique de salaire est rétablie à hauteur de 15%, conformément à l’accord signé entre le gouvernement et ses partenaires sociaux.

Nous avons déjà eu la confirmation de la part de tous les camarades travailleurs qui ont remarqué un petit changement dans leurs salaires. Il faut reconnaitre que le gouvernement a tenu sa parole, cette fois-ci, en respectant ce point du protocole d’accord que nous avons signé avec lui. Il faut vraiment dire la vérité, ce que nous avons obtenu est certes minime mais c'est quand-même une avancée significative qui contribuera à ramener les fonctionnaires à rétablir la confiance perdue envers le gouvernement car le protocole d’accord que nous avons signé par le passé n’a pas été respecté par le gouvernement et les soucis des camarades travailleurs se concentrent sur le non-respect du protocole d’accord.

Quelle est la réaction de la plateforme syndicale revendicative par rapport au rétablissement à hauteur de 15 % des AGS ?

Mahamat Nasradine Moussa : Dans le protocole d’accord que nous avons signé, ce n’est pas seulement le 15% d’augmentation de salaire, il y a d’autres points qui ne sont pas encore mis en œuvre. Ce qui est très important pour nous en tant que plateforme syndicale revendicative, c'est que les travaux du comité paritaire se focalisent entre autres sur l’assainissement du fichier de la solde et le suivi des travaux du cabinet d’audit des diplômes puisque dans le protocole d’accord. Nous avons dit que ces travaux permettront au gouvernement de réaliser une économie importante qui permettrait d’augmenter la masse salariale des travailleurs. Il est prévu dans le protocole d’accord un délai de 45 jours pour finir ces travaux. Même si c’est un peu difficile de finir ce travail en 45 jours, nous pouvons faire beaucoup de choses. On attend le résultat de ces travaux pour améliorer les conditions de vie des travailleurs.

Le gouvernement n’a pas pris en compte les autres aspects de l’accord, entre autres l’assainissement de fichier de la solde et l’audit des diplômes ?

Mahamat Nasradine Moussa : En ce qui concerne l’assainissement du fichier de la solde, le gouvernement a sollicité la mise en place d’un comité paritaire. Ce comité est déjà mis sur pied. Les membres de ce comité ont été nommés et ont déjà commencé à travailler. Cela prend un peu du temps pour permettre de fournir les résultats des travaux de ce comité comme nous faisons partie du comité paritaire et suivons les travaux.

Les syndicats et le gouvernement sont représentés de manière paritaire dans ce comité, c'est ce qui nous permet de travailler ensemble pour aboutir à un résultat. Mais il y a d’autres points qui jusqu’aujourd’hui n’ont pas encore vu le jour, tels que la mise sur pied du haut comité qui sera chargée de régler tous les problèmes sociaux qui conduiront à l’aboutissement de la signature d’un pacte social et l’audience avec le président de la République. Cette audience avec le président de la République permettra à la plateforme syndicale revendicative de poser ses revendications mais cela tarde à se matérialiser.

Avec le rétablissement de l’AGS, est-ce que la perspective de la reprise éventuelle des grèves est écartée ?

Mahamat Nasradine Moussa : Si le gouvernement respecte ses engagements concernant le protocole d’accord signé, s’il prend en compte les revendications des travailleurs en considération, il n’y a pas de raison de reprendre la grève. Au cas où le gouvernement joue au malin et ne respecte pas ses engagements vis-à-vis de ses partenaires sociaux et qu'il ne prend au sérieux les revendications de la plateforme syndicale revendicative, la plateforme sera obligée de changer son avis.

Propos recueillis par Djimet Wiché.