Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : le maire de Moundou visé par une destitution ?


Alwihda Info | Par Golmen Ali - 5 Octobre 2019 modifié le 5 Octobre 2019 - 17:21



Le maire de la ville de Moundou, Nérolel Ndoukolé. © DR
Le maire de la ville de Moundou, Nérolel Ndoukolé. © DR
Les conseillers communaux de la ville de Moundou accusent le maire de la ville Nérolel Ndoukolé de dérives autoritaires et de gestion calamiteuse des ressources de la mairie de Moundou. Ils l’ont exprimé lors d’un point de presse qu’ils ont animé hier 4 octobre 2019 à l’hôtel Djimra de Moundou.

Cette sortie médiatique fait suite à une concertation du conseil communal de Moundou. Par la voix du secrétaire de séance, Ngondingam Diondo Laounodji à Djimra hôtel, les conseillers communaux portent à la connaissance de l’opinion de la mauvaise gestion des ressources de la mairie de Moundou par le maire Nerolel Ndoukole, mais aussi de son refus total de collaborer avec ses adjoints.

Pour le conseil communal, le maire Nerolel Ndoukole se comporte en suzerain et considère la mairie comme une entreprise familiale qui n’a aucune règle de gestion.

S’agissant de la crise financière que traverse la mairie, le conseil affirme qu’elle est due à la dissimulation des recettes, des détournements et de la mauvaise utilisation de ces recettes par le maire sans être inquiété. Ils ont cité pour exemple, le versement de 80 000 000 Francs CFA du contrat d’affermage à une entreprise, dont 20 000 000 Francs CFA auraient été détournés par Nérolel Ndoukolé.

"Les 250 000 000 Francs CFA versés comme avance sur les 500 000 Francs CFA de subvention donné par le chef de l’Etat ont été gérés par le maire à sa guise, sans avoir impliqué ses adjoints et sans avoir informé le conseil", selon eux.

Les conseillers estiment que le nouveau secrétaire général de la mairie recruté par le maire ne rempli pas les critères, tandis que sa nomination n’a pas requis leur avis préalable.

Eu égard à tous ces problèmes, le conseil a demandé la convocation d’une session extraordinaire afin de proposer des solutions mais en vain. Une session devait se tenir au mois de juin dernier mais pour des "raisons inavouées", selon les conseillers, le maire a introduit une requête auprès du Tribunal de grande instance de Moundou et a obtenu une ordonnance de suspension.

Les agissements de Nérolel Ndoukolé "ne sont pas de nature à promouvoir la bonne gouvernance et garantir la gestion transparente des ressources de la commune pour impulser son développement socio économique tant attendu par le contribuable."

Le conseil municipal conseille à Nérolel Ndoukolé de démissionner pour une sortie honorable, au cas contraire, le conseil usera de tous les moyens légaux pour sa destitution.

L'hôtel de ville de Moundou. © Alwihda Info
L'hôtel de ville de Moundou. © Alwihda Info



Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 63205229 ; 66304389 ; 63415139  (Bureau N'Djamena)