Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ACTUALITES

Tchad, le ministère de la santé publique recycle ses agents


Alwihda Info | Par - 29 Novembre 2012 modifié le 28 Novembre 2012 - 22:43

Selon un rapport conjoint OMS, Banque Mondiale et Unicef de 2008 retrace que le taux de mortalité infantile103 pour 1000 en 2004 contre 102 en 1996-97 et la mortalité néonatale est de 39 pour 1000.



Le ministère de la santé publique en collaboration avec le Fond des Nations-Unies pour la Population organise ce lundi 26 novembre au centre Almouna une formation à revue des décès maternelle et néonatale à l’intention des sages femmes et infirmières exerçant en pédiatrie venues des différentes régions du pays. L’objectif de cette formation est renforcer la compréhension et les capacités des participants à utiliser correctement les fiches de dites des décès. Le Directeur des Ressources Humaine du Ministère de la Santé publique Naoudji Yamamra a exhorté les participants à travailler afin de formuler les recommandations pouvant améliorer la Santé de la mère et du nouveau né. Pour lui, au Tchad, les indicateurs de la santé mère et enfants demeurent très faibles. Le taux de mortalité maternelle de 189 pour 100.000 naissances vivantes en 2004 contre 827 en 1996-97 et est estimée à 1200 pour 100.000 naissances vivantes.

Selon un rapport conjoint OMS, Banque Mondiale et Unicef de 2008 retrace que le taux de mortalité infantile103 pour 1000 en 2004 contre 102 en 1996-97 et la mortalité néonatale est de 39 pour 1000. La prévalence des cas de fistule reste élevée avec les conséquences socio-économiques, 627 cas sont pris en charge churgicalement en fin 2009. Tous ces indicateurs n’atteignent pas les objectifs fixés dans le but d’améliorer les conditions d’organisation des cellules de santé et la prise en charge de la mère, le nouveau né et de l’enfant.

Des études des cas de mortalité maternelle, néonatale et infantile doivent être réalisées dans toutes les structures d’accouchement et les services de pédiatrie dans le pays afin de contribuer  à réduire la mortalité maternelle et infantile. Malheureusement, lors de la supervision de collectes des données des décès dans les 09 délégations régionales, on constate que les fiches des décès maternelle et néonatale élaborée et mise à la disposition des structures sanitaires n’ont pas été remplies. Afin de remédier à cette situation, une forte recommandation relative aux prestions de service à impliquer dans le soin de la mère et enfant est attendue de cette formation.
Mahamat Ramadane