Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : le ministre des Sports inquiet des abus dans l'usage des réseaux sociaux


Alwihda Info | Par Malick Mahamat Tidjani - 13 Août 2019 modifié le 13 Août 2019 - 18:55



Le ministre de la Promotion des jeunes, des Sports et de l'Emploi, Mahamat Nassour Abdoulaye. © Alwihda Info
Le ministre de la Promotion des jeunes, des Sports et de l'Emploi, Mahamat Nassour Abdoulaye. © Alwihda Info
Le ministre de la Promotion des jeunes, des Sports et de l'Emploi, Mahamat Nassour Abdoulaye, a fait part ce mardi de son inquiétude face aux abus dans l'utilisation des réseaux sociaux par les tchadiens.

Il s'est exprimé au cours de la célébration de l'édition 2019 de la Journée internationale de la jeunesse, un évènement organisé par l'association House of Africa et l'Agence nationale de la sécurité informatique et de certification électronique (ANSICE).

"Depuis un certain temps, les échos qui nous parviennent des affrontements et autres troubles communautaires dans certaines contrées du pays, sont de nature à saper les efforts des plus hautes autorités de la République pour faire de notre pays un havre de paix et de cohabitation pacifique entre toutes les filles et fils de ce pays", a indiqué le ministre. 

D'après lui, "il n'est pas admissible que des personnes mal intentionnées à des desseins inavoués, usent et abusent des réseaux sociaux, manipulent sur la toile, une certaine frange de la jeunesse et tentent ainsi d'allumer et d'attiser les antagonistes et le mal vivre entre les communautés nationales".

Il a expliqué que "les réseaux sociaux sont un important outil de communication mais ils constituent en même temps un couteau à double tranchant".

"S'ils sont utilisés judicieusement et vraiment à des bonnes fins, ils créent, entretiennent et consolident des liens sociaux, culturels, professionnels, commerciaux et autres. Par contre, si leur utilisation est dénaturée, ces plateformes (Facebook Twitter, Instagram et autres) exposent, retentissent et détruisent des vies et des relations interpersonnelles et sociales", a-t-il ajouté.

Il a estimé que cela est "dangereux pour la santé physique, psychique, psychologique ainsi que la performance scolaire ou les relations sentimentales et familiales, surtout des jeunes et de adolescents."