Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : le suspens perdure sur l’enlèvement des opposants


Alwihda Info | Par - Җ€BIЯ - - 27 Février 2008 modifié le 28 Février 2008 - 22:58


Deux des trois opposants demeurent toujours introuvables plus de trois semaines après leur enlèvement. En dépit des spéculations contradictoires émanant du seul côté du gouvernement tchadien sur la situation de Lol Mahamat Choua et Ngarléjy Yorongar, le cas de Ibni Oumar Mahamat Saleh, porte-parole de la principale coalition de l'opposition légale tchadienne, reste sciemment éludé. On n’en parle presque pas et continue-t-on de s’obstiner toujours à imputer son enlèvement aux rebelles.


Tchad : le suspens perdure sur l’enlèvement des opposants

Près d’un mois après leur enlèvement, deux des trois leaders politiques tchadiens manquent toujours à l’appel

Après avoir nié dans un premier temps être l’auteur de l’enlèvement le 3 février des trois opposants civiles, le gouvernement tchadien a reconnu, le 14 février, avoir arrêté Lol Mahamat Choua « sur le champs de bataille.» « Lol est un prisonnier de guerre et, de ce fait, doit répondre de ses actes devant la justice », a laissé entendre le ministre de l’Intérieur Ahmat Mahamat Bachir.

Le 22 février, le ministre de l’Intérieur annonce la « réapparition de Ngarléjy Yorongar à son domicile à N’Djamena » sans donner des précisions sur la source de ses affirmations. Cette annonce a été aussitôt relayée par le ministre des Relations extérieures et de l’Intégration africaine du Tchad en tournée en Europe et par son homologue français qui donne encore plus de précisions sur le cas du député fédéraliste : « Yorongar a été retrouvé. Il se cache encore, mais des témoins crédibles l’ont vu et il est en vie », affirme-t-il lundi à la chaîne de télévision parlementaire LCP-Sénat.

Mardi soir, à la veille de l’annonce faite par l’Elysée de l’escale de quatre heures d’horloge au Tchad de Nicolas Sarkozy en route pour l’Afrique du Sud, N’Djamena insinue que « Lol Mahamat Choua sera placé en résidence surveillée chez lui. » Pris dans les serres de l’étau international, le régime tchadien et son parrain tentent de divertir l’opinion publique par des manœuvres dilatoires pour faire perdurer le suspens.

Deux des trois opposants demeurent toujours introuvables plus de trois semaines après leur enlèvement. En dépit des spéculations contradictoires émanant du seul côté du gouvernement tchadien sur la situation de Lol Mahamat Choua et Ngarléjy Yorongar, le cas de Ibni Oumar Mahamat Saleh, porte-parole de la principale coalition des partis politiques de l'opposition légale, reste sciemment éludé. On n’en parle presque pas et continue-t-on de s’obstiner toujours à imputer son enlèvement aux rebelles.

Kébir


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Novembre 2019 - 06:05 Tchad : l'accord de paix à Miski salué


Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 63205229 ; 66304389 ; 63415139  (Bureau N'Djamena)