Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

Tchad : orientation des jeunes vers l’entrepreneuriat, une politique insuffisante


Alwihda Info | Par Anass Ali Moussa - 21 Octobre 2021

Le chômage en milieu jeune s’est davantage accru, malgré les multiples efforts du gouvernement.


Selon le Plan national du développement (PND) de 2017-2021, 51% de la population tchadienne a moins de 15 ans. Cela est un atout qui mérite d’être exploité pour l’épanouissement de la jeunesse et permettre aussi au secteur privé, de jouer pleinement son rôle de porteur de croissance d’emplois et de la richesse, affirme Ali Mahamat Zene, chef de division contrôle des engagements sur budget de fonctionnement, contrôle financier, au ministère des finances et du budget.

Sur le terrain, l’on constate que le chômage en milieu jeune s’est davantage accru, malgré les multiples efforts du gouvernement dans ce domaine. La raison tient au fait que l’Etat n’a pas orienté, sensibilisé la jeunesse dans la culture entrepreneuriale. Pourtant, le Tchad est membre de plusieurs organisations internationales, entre autres : la Conférence des ministres de la Jeunesse et de Sports (CONFEJES), le Mouvement Panafricain de la Jeunesse (MPJ), le Plan d’Action Mondial pour la Jeunesse (PAMJ). Et sur le plan national, l’Etat a créé l’ONAPE, le FONAP, et un ministère dédié à la formation professionnelle. Mais l’opinion s’interroge toujours sur les réalisations de ces organisations sur le terrain.

Ainsi, l’Etat a créé certes des organisations, mais sans les mécanismes d’accompagnements (orientations, formations, sensibilisations etc.), aux jeunes porteurs de projets. Pour cela, un accent particulier devrait attirer le regard, c’est celui de la jeunesse rurale. Il faudrait que l’Etat et ses partenaires techniques et financiers interviennent à ses côtés, au biais de microfinances, et par la sensibilisation sur des actions entrepreneuriales, afin de lutter contre le phénomène de migration. D’autant plus que la fonction publique seule ne peut absorber toute la jeunesse.

Pour pouvoir favoriser le développement économique et social, le Togo a enregistré des progrès salutaires. Seulement qu’au 1er trimestre de 2021, 4087 en entreprises ont été créées dont 1104 par de femmes. Cela explique que notre jeunesse est mal orientée moins encore encouragée et peu financée. La femme tchadienne a un rôle imminent à jouer dans le processus de l’épanouissement de la jeunesse. Quant à l’Etat, il doit mettre en place des stratégies liées au développement de l’entreprenariat. Il s’agit de créer des entreprises pour lutter contre le chômage en milieu jeune.