Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : plusieurs arrestations après le lynchage d'un homme accusé de vol


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 28 Décembre 2018 modifié le 28 Décembre 2018 - 11:41



Tchad : plusieurs arrestations après le lynchage d'un homme accusé de vol
N'DJAMENA, Tchad - Les auteurs présumés des tortures mortelles contre un père de famille accusé de vol, le colonel de la police Ahmat Senoussi Ochi et trois de ses complices ont été arrêtés par la police et auditionnés par le procureur de la République hier, jeudi 27 décembre.

Ils ont été déférés au parquet, placés sous mandat de dépôt et incarcérés à la maison d'arrêt d'Amssenene, selon une source sécuritaire.

Torturé à mort pendant plusieurs jours

La victime, Oumar Hissein, est décédée à N'Djamena après avoir été accusée de vol, séquestrée et torturée à mort par plusieurs individus identifiés dans une vidéo. Les faits auraient eu lieu au quartier Farcha dans le 1er arrondissement de la capitale. Le calvaire a été filmé par les bourreaux. Des activistes tchadiens ont diffusé des vidéos et des photos de la victime sur les réseaux sociaux. 

La victime aurait été kidnappée le 6 décembre dernier. Elle est décédée quelques jours plus tard, le 12 décembre. Son corps a été ensuite été remis à sa famille. 

Le colonel de la police Ahmat Senoussi Ochi. © Alwihda Info
Le colonel de la police Ahmat Senoussi Ochi. © Alwihda Info
Les défenseurs des droits Humains condamnent ces pratiques

La Convention Tchadienne de Défense des Droit de l’Homme (CTDDH) s'est dite "profondément horrifiée par les traitements inhumains, dégradants et mortels dont a été victime Oumar Hissein".

Elle a dénoncée avec la dernière énergie cette pratique qui est devenue monnaie courante et a exigée l’arrestation immédiate de tous les complices et l'arrestation, les poursuites judiciaires et la radiation sans délai du Colonel Ochi du corps de la police nationale.

L'activiste et militant des droits de l'Homme, Abdelkerim Yacoub Koundougoumi avait également appelé les organisations des droits Humains à "se mobiliser pour rendre justice à sa veuve et ses trois enfants."

Pour sa part, le Comité d’Initiative de Protection des Droits de l’Homme et des Libertés au Tchad (CIPDHLT) a jugé "inacceptable qu’un citoyen tchadien soit kidnappé, arrêté et détenu arbitrairement par des hommes armés qu’ils l’accusent  prétendument du vol dans un pays où l’administration publique et privée repose sur une culture des prédations des deniers publics et privés."