Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : projet pétrolier et gazier de Sedigui, l’État relève des retards et manquements


Alwihda Info | Par - 1 Octobre 2020



Tchad : l’État relève des retards et manquements dans la réalisation du projet pétrolier de Sedigui. © Djimet Wiche/Alwihda Info
Tchad : l’État relève des retards et manquements dans la réalisation du projet pétrolier de Sedigui. © Djimet Wiche/Alwihda Info
Le ministre d’État, ministre secrétaire général de la Présidence de la République, Kalzeubé Payimi Deubet, le ministre du Pétrole et des Mines, Oumar Torbo Djarma, les responsables de la Société des Hydrocarbures du Tchad (SHT) et le conseiller aux Mines et à l’Energie du Président de la République, Dr. Aladji Hamit Ali Moutaye, se sont rendus mercredi au Kanem pour s’enquérir de l’état d’avancement des travaux sur le site pétrolier de Sedigui. 
 
Le ministre d’État Kalzeubé Payimi Deubet et la délégation ont visité à pied des installations de surface et des bacs de stockage. Ils ont ensuite visité les deux puits existants. 

Tchad : l’État relève des retards et manquements dans la réalisation du projet pétrolier de Sedigui. © Djimet Wiche/Alwihda Info
Tchad : l’État relève des retards et manquements dans la réalisation du projet pétrolier de Sedigui. © Djimet Wiche/Alwihda Info
Le constat semble être amer. La société chinoise contractante Blue Ocean n’a pas finalisé les deux travaux prévus dans les clauses du contrat signé avec la SHT, à savoir la première phase de mise en production (appelée phase de mise en route) qui consiste à réparer les deux installations de deux puits existants, la construction des installations de surface, la base vie et la conception des pipelines. 
 
La réalisation de cette phase a été évaluée pour une période de huit mois à compter de mai 2017. La matérialisation de cette phase peine à avancer. La première phase du projet prévoit également une production de 2000 barils de pétrole brut et 300.000 mètres cubes de gaz naturel par jour. 

Tchad : l’État relève des retards et manquements dans la réalisation du projet pétrolier de Sedigui. © Djimet Wiche/Alwihda Info
Tchad : l’État relève des retards et manquements dans la réalisation du projet pétrolier de Sedigui. © Djimet Wiche/Alwihda Info
Les travaux concernant la seconde phase du développement élargi du champ consistent à forer des nouveaux puits, améliorer les installations de surface avec des équipements pour stabiliser la production au-delà de 10 ans. Jusqu’à ce jour, le partenaire Blue Ocean n’a pas finalisé le volet de ce projet qui comporte trois axes à savoir le pétrole brut, le volet gaz et la construction d’une mini-raffinerie.
 
Le directeur général de la SHT, Ibrahim Mahamat Djamous, indique que dans le cadre de suivi de leurs travaux, des manquements ont été constatés sur le champ pétrolier de Sedigui. Ce qui a conduit à saisir les hautes autorités à travers le ministère du Pétrole et des Mines. Ibrahim Mahamat Djamous félicite le ministère du Pétrole et la SHT qui n’ont ménagé aucun effort dans le suivi de ces travaux ayant conduit à relever ces manquements constatés.

Tchad : l’État relève des retards et manquements dans la réalisation du projet pétrolier de Sedigui. © Djimet Wiche/Alwihda Info
Tchad : l’État relève des retards et manquements dans la réalisation du projet pétrolier de Sedigui. © Djimet Wiche/Alwihda Info
« Le ministre d’État, ministre secrétaire général de la Présidence nous a instruit de reprendre rapidement pour que les activités recommencent dès aujourd’hui à l’effet de respecter le programme et le calendrier fixés par le Marechal du Tchad », explique le directeur général de la SHT, Ibrahim Mahamat Djamous.

Pour sa part, le ministre du Pétrole et des Mines, Oumar Torbo Djarma, précise que la descente sur le terrain leur a permis de constater la réalité des choses et des inexécutions. « Nous allons convoquer la société Blue Ocean à notre retour à N'Djamena pour voir ce qui n’a pas réellement marché. Dès cet instant, nous allons décider s’il faut revoir le contrat ou remettre les choses sur le bon chemin », affirme Oumar Torbo Djarma.

Tchad : l’État relève des retards et manquements dans la réalisation du projet pétrolier de Sedigui. © Djimet Wiche/Alwihda Info
Tchad : l’État relève des retards et manquements dans la réalisation du projet pétrolier de Sedigui. © Djimet Wiche/Alwihda Info
Des instructions fermes des autorités

Officiant la visite sur le champ pétrolier de Sedigui, le ministre d’État, ministre secrétaire général de la Présidence de la République, Kalzeubé Payimi Deubet, déplore beaucoup de retards constatés dans l’exécution du projet. « Nous avons fait un constat : il y a de choses qui méritent d’être encouragées et d’autres qui méritent d’être corrigées. La SHT doit tout mettre en œuvre pour exécuter le projet dans un meilleur délai. Ce projet d'exploitation gazier permet au gouvernement d’allouer la subvention -injectée actuellement dans le gaz butane- à d'autres secteurs du développement », souligne Kalzeubé Payimi Deubet.

Kalzeubé Payimi Deubet ordonne immédiatement et sans délai la reprise du projet par la SHT. Il exige que le niveau du projet gazier soit au même niveau que le projet pétrolier. "Pas question de torcher le gaz", martèle le ministre d’État, ministre secrétaire général de la Présidence de la République.

Le ministre d’État, ministre secrétaire général de la Présidence de la République, Kalzeubé Payimi Deubet. © Djimet Wiche/Alwihda Info
Le ministre d’État, ministre secrétaire général de la Présidence de la République, Kalzeubé Payimi Deubet. © Djimet Wiche/Alwihda Info
Sur place, une réunion s'est tenue en l'absence des responsables de Blue Océan, pourtant invités par les autorités tchadiennes.

70 millions de baril de pétrole et 212 milliards pieds cube de gaz

Dans le cadre de valorisation des ressources du champ pétrolier de Sedigui, conformément aux recommandations faites par le Maréchal du Tchad Idriss Deby Itno, la SHT a supervisé la réalisation d’une campagne sismique 3D dans le secteur. Ces travaux de recherche ont permis d’identifier du pétrole et d’importantes réserves de gaz. Ces ressources contribueront efficacement au développement de la province du Kanem et partant du Tchad.

Tchad : l’État relève des retards et manquements dans la réalisation du projet pétrolier de Sedigui. © Djimet Wiche/Alwihda Info
Tchad : l’État relève des retards et manquements dans la réalisation du projet pétrolier de Sedigui. © Djimet Wiche/Alwihda Info
Les résultats de cette récente étude montrent que les réserves en place sont estimées à 70 millions de baril pour le pétrole et 212 milliards pieds cube pour le gaz, avec un taux récupération pouvant atteindre 50 %. La durée du plateau est de 22 ans pour un nombre de cinq puits. 

Le champ pétrolier de Sedigui a une superficie de 29,80 Km. Il est situé à près de 7 Km de Rig-Rig et environ 50 Km de la frontière avec le Niger.

Tchad : l’État relève des retards et manquements dans la réalisation du projet pétrolier de Sedigui. © Djimet Wiche/Alwihda Info
Tchad : l’État relève des retards et manquements dans la réalisation du projet pétrolier de Sedigui. © Djimet Wiche/Alwihda Info
La SHT et la société chinoise Blue Océan ont conclu le 16 mai 2017 un accord de coopération globale relatif au développement intégré du champ pétrolier de Sedigui. S’en est suivi la conclusion entre les deux parties d’un contrat de prestation de service du développement du bloc de champ en date du 18 septembre 2017.

Le pipeline de Sedigui-Djarmaya, long de 331 Km, a été construit dans les années 2000. Il a été réhabilité par Blue Océan après des essais de pression.
Djimet Wiche Wahili
Journaliste, directeur de publication. Tél : +(235) 66304389 E-mail : djimetwiche@gmail.com En savoir plus sur cet auteur



Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 99267667 ; 62883277 ; 66267667 (Bureau N'Djamena)