Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : un grand programme lancé au bénéfice de plus d'un million de citoyens


Alwihda Info | Par Malick Mahamat Tidjani - 27 Février 2020



Tchad : un grand programme lancé au bénéfice de plus d'un million de citoyens. © Malick Mahamat Tidjani/Alwihda Info
Tchad : un grand programme lancé au bénéfice de plus d'un million de citoyens. © Malick Mahamat Tidjani/Alwihda Info
La première partie du programme intégré de développement et d’adaptation aux changements climatiques dans le Bassin du Niger (PIDACC/BN) a été officiellement lancée mercredi à Pala, dans la province du Mayo-Kebbi Ouest.

Une importante délégation gouvernementale composée du ministre d'Etat, ministre secrétaire général de la Présidence, du ministre de l’environnement, de l’Eau et de la Pêche, du ministre de la Production, de l’Irrigation et des Equipements agricoles, et du ministre de l'Administration du territoire et des Collectivités territoriales décentralisées, a pris part au lancement du programme.

Le ministre de l’environnement, de l’Eau et de la Pêche, Brahim Mahamat Djamaladine, a indiqué que le programme s’articule autour de trois composantes : le développement de la résilience des ressources et de l'écosystème, le développement de la résilience des populations, et la coordination et la gestion provinciale.

Ce programme couvre neuf pays du Bassin du Niger : le Burkina Faso, le Bénin, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, le Niger, le Nigeria et le Tchad.

Le coût total du programme s'élève à 120 milliards de FCFA. Il est financé par la BAD et ses partenaires.

Ce projet va permettre la création d'à peu près 11.000 emplois directs, la créations de sociétés pour les jeunes et le femmes, et de nombreux aménagements de terre pour des cultures contre-saisons, l'irrigation et le reboisement.

Le PIDACC vise quatre objectifs : la lutte contre l’ensablement du fleuve Niger, l’appui à la gestion des ressources partagées, le développement de la résilience de l'écosystème des ressources naturelles et de la population, l'appui aux mesures d'adaptation aux changements climatiques et la réhabilitation de voies de navigation afin de renforcer les échanges entre certain pays membres.

C'est le tout premier programme à disposer d'une coordination nationale au niveau local. Il met en avant l'égalité de genre et l'autonomisation de la femme, a souligné le ministre Brahim Mahamat Djamaladine.

Au cours de sa mise en œuvre, il permettra notamment à des milliers de femmes et de jeunes de profiter des avantages.

La tenue d'un atelier est prévue afin d’informer, de former et de sensibiliser l’ensemble des acteurs, les autorités, les services techniques, les bénéficiaires et les partenaires techniques et financiers sur le démarrage effectif des activités de la composante Tchad du PIDACC.

Un programme d'une importance capitale

Le gouverneur de la province du Mayo-Kebbi Ouest, Adoum Forteye Amadou, a évoqué une importance capitale du programme, non seulement pour les deux Mayo-Kebbi mais pour le pays.

Selon lui, les provinces du Mayo-Kebbi sont des zones à vocation agro-pastorales. Elles présentent des ressources naturelles importantes et une population dynamique. Ces populations attendent un encadrement technique pour une utilisation rationnelle des ressources naturelles afin d'accéder à l’autosuffisance alimentaire dans les deux provinces.

Malick Mahamat, envoyé spécial.



Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 63205229 ; 62883277 ; 66267667 (Bureau N'Djamena)