Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : visite surprise du président à l'ONECS à l'approche des résultats du baccalauréat


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 8 Août 2018 modifié le 8 Août 2018 - 18:20


Le Chef de l’Etat Idriss Déby a effectué ce matin une visite inopinée à l’Office national des examens et concours du supérieur (ONECS). Il est allé constater de visu la phase des saisies de notes du baccalauréat session de juillet 2018.


Tchad : visite surprise du président à l'ONECS à l'approche des résultats du baccalauréat
Mercredi 8 août 2018, il est 9h10. Une pluie s’abat sur la capitale. Le président de la République quitte le palais présidentiel sans escorte ni sirène. Rien n’a filtré. Ses proches collaborateurs et l’équipe de la presse qui l’accompagnent se regardent dans les yeux. Question de savoir où l’on va ? La destination sera connue lorsque la voiture présidentielle s’immobilise au sein des locaux de l’Office national des examens et concours du supérieur (ONECS), au quartier Gassi dans la commune du 7ème arrondissement de la capitale.

La correction des épreuves écrites du baccalauréat session de juillet 2018 étant terminée, le Président de la République a effectué cette visite inopinée à l’effet de s’enquérir de la phase des saisies de notes. L’ambiance était studieuse et chacun s’attèle à la tâche qui lui est dévolue. Le Chef de l’Etat a échangé avec presque la quasi-totalité des examinateurs pour s’imprégner du bon déroulement du baccalauréat qui a réuni cette année 79.600 candidats -toutes séries confondues- répartis dans 94 centres d'examen.
 
Après s’être imprégné de la phase des saisies des notes du baccalauréat session de juillet 2018, le président a échangé avec les enseignants. Il apprendra qu’ils subissent de la torture morale, parce qu’on leur demande de faire authentifier leurs diplômes avant qu’ils ne perçoivent le salaire du mois de juillet dernier. Le chef de l’Etat s’est offusqué face à cette situation qu’il a qualifié de supplice inacceptable. « Ne confondez pas contrôle physique pour le paiement de salaires et audit des diplômes », a lâché le Président de la République.

Avec Dg-com/Pr