Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

Un chemin difficile vers la démocratie soudanaise


Alwihda Info | Par IFIMES - 16 Septembre 2019 modifié le 16 Septembre 2019 - 06:24

L'Institut international d'études sur le Moyen-Orient et les Balkans (IFIMES) à Ljubljana, en Slovénie, analyse régulièrement les événements au Moyen-Orient et dans les Balkans. L'IFIMES a préparé une analyse de la situation au Soudan et a examiné les possibilités de résoudre les tensions et de nommer un gouvernement de transition dirigé par des civils. Les sections les plus pertinentes et les plus intéressantes de l'analyse globale intitulée "Soudan 2019 : un chemin difficile vers la démocratie soudanaise" sont publiées ci-dessous.


Des manifestants pro-démocratie, le 17 août, à Khartoum.	© Mahmoud Hjaj/AP/SIPA
Des manifestants pro-démocratie, le 17 août, à Khartoum. © Mahmoud Hjaj/AP/SIPA
Après plusieurs mois de manifestations de masse, qui ont commencé en décembre 2018 en raison de la pénurie de pain et de carburant, les Soudanais ont finalement réussi à faire évincer leur dictateur de longue date, Omar Al-Bashir, qui a été renversé par l'armée.  Depuis 1989, son règne ininterrompu a été marqué par l'oppression de la population noire et non musulmane.

En juillet 2008, il a été inculpé par la Cour pénale internationale basée à La Haye pour génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre commis pendant la guerre du Darfour.

Le Soudan était au bord de la guerre civile entre les manifestants d'un côté et les Forces de soutien rapide (FSR) de l'autre. Les Forces sont commandées par un autre suspect de crimes de guerre, Mohamed Hamdan Dagalo, un général autoproclamé qui n'a jamais servi comme soldat ni reçu d'éducation militaire. Le Président Al-Bashir lui a accordé son grade militaire en échange de ses services au Darfour qu'il a rendus avec une extrême cruauté. RSF est composé d'anciens membres des milices Janjaweed qui ont commis les crimes et atrocités les plus brutaux au Darfour depuis 2003, avec au moins 300 000 morts et trois millions de civils déplacés. 

Dans leur attaque de massacre à Khartoum le 3 juin 2019, peu avant que l'accord entre le conseil militaire au pouvoir et l'opposition ne soit conclu, RSF a tué 128 manifestants pacifiques. Le général Dagalo a établi de bonnes relations avec l'Arabie Saoudite où il est chargé de recruter des mercenaires soudanais pour combattre aux côtés de la coalition saoudienne au Yémen.  L'armée soudanaise est restée neutre dans la crise actuelle et a ainsi prouvé son professionnalisme.
 
Doutes quant à la capacité du gouvernement de transition

Après de longues et nombreuses interruptions des pourparlers et suite à l'intervention du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed Ali, la Charte constitutionnelle a été signée entre la coalition de l'opposition et le conseil militaire le 17 août 2019. La coalition appelée Forces de liberté et de changement réunit l'Association soudanaise des professionnels, les Forces nationales de consensus, Sudan Call et les Unionistes (DUP). 

L'accord devrait ouvrir la voie à la formation d'un gouvernement civil après presque un siècle de régime militaire. Malgré le grand optimisme des citoyens, des doutes subsistent quant à la capacité du gouvernement de transition à limiter l'influence de l'armée et surtout du FSR sur la politique. 

Après la destitution du président Al-Bashir, un accord a été conclu entre le conseil militaire et l'opposition le 11 avril 2019. Il s'agit d'un nouveau chapitre de l'histoire moderne du Soudan qui a déjà connu trois guerres civiles : les conflits entre le nord du Soudan et la région du Sud-Soudan de 1955 à 1972 et de 1983 à 2005, et le nettoyage ethnique au Darfour et au Sud-Kordofan de 2011 à ce jour.
 
Jusqu'à présent, le Soudan a évité le scénario égyptien

Le processus de transition vers la démocratie comporte des défis tels que la nouvelle politique intérieure et étrangère, les réformes économiques, la protection des droits et libertés et une politique étrangère équilibrée, qui permettraient au Soudan d'être retiré de la liste noire et des sanctions de la communauté internationale.

Le processus de transition nécessite des élections équitables et une constitution nouvelle ou modifiée. Le processus démocratique déclencherait des réformes politiques et économiques dont les conséquences toucheraient particulièrement l'armée et ses intérêts. La période de trois ans et trois mois récemment convenue serait suffisante pour assurer une transition en douceur. La coalition de l'opposition et l'armée ont ainsi évité les changements radicaux du jour au lendemain comme ce fut le cas en Egypte où ces changements rapides ont conduit au coup d'Etat militaire en 2013. L'expérience du Soudan, qui a limité le rôle de l'armée à la coopération plutôt qu'à la confrontation, est importante pour l'ensemble du monde arabe et pour le printemps arabe.  

Après de dures négociations, l'opposition a pris la décision très difficile de nommer le général Dagalo, accusé de crimes de guerre, vice-président du Conseil militaire de transition.

Conformément à la Charte constitutionnelle, la coalition de l'opposition et le conseil militaire ont convenu que le Conseil transitoire serait l'organe suprême du Soudan.  Le Conseil se compose de 11 membres (cinq de l'armée, cinq de la coalition de l'opposition et un membre indépendant). Le mandat de former le gouvernement a été confié à un économiste expérimenté, Abdullah Hamduk, qui a été Secrétaire exécutif adjoint de la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA) de 2011 à 2018.

Bien sûr, tous les problèmes n'ont pas été complètement résolus. Au sein de l'opposition, il y a encore de fortes fractions qui ont des réserves au sujet de l'accord, tandis que certaines n'ont même pas rejoint la coalition de l'opposition.

Quatre facteurs ont permis au Soudan de surmonter la phase difficile des troubles et de la guerre civile avec le moins de pertes possibles par rapport aux événements en Egypte, en Libye, en Syrie, au Yémen, mais aussi en Algérie où l'on ne sait toujours pas si l'armée algérienne va prendre le contrôle total du pays comme elle le faisait en Egypte ou permettre une transition démocratique du pouvoir selon le modèle du Soudan.

Quatre facteurs positifs

Quatre facteurs clés ont contribué au règlement de la situation au Soudan :

Premièrement : L'armée soudanaise patriotique a refusé de tirer sur les manifestants, à l'exception de son unité D. Malgré les conflits et la méfiance entre l'armée et la coalition de l'opposition, ils ont poursuivi les négociations pour parvenir à un accord et satisfaire au moins les attentes minimales des manifestants.  

Deuxièmement, l'opposition soudanaise est composée de partis politiques relativement forts avec une longue tradition, une maturité et une sagesse politiques. Leurs militants de la société civile ont maintenu la dynamique initiale, de sorte que les protestations n'ont pas dégénéré en anarchie et par conséquent l'armée et RSF n'ont pas réprimé le soulèvement. Au cours des protestations et des négociations, la coalition de l'opposition a fait preuve de patience pour résoudre les questions critiques. Ils se sont mis d'accord sur des solutions acceptables et réalistes afin de résoudre les graves problèmes économiques et ethniques du pays. Ils n'ont pas exigé que l'armée soit exclue du processus politique et ont accepté de partager le pouvoir avec l'armée pendant la période de transition. Ils ont ainsi évité les erreurs commises par les manifestants de l'opposition dans d'autres pays arabes du printemps.

Troisièmement : Le facteur le plus important est probablement le fait que l'opposition soudanaise a empêché l'armée d'abuser de la vulnérabilité locale et sociale des minorités et des tribus. Contrairement aux précédentes guerres civiles au Sud-Soudan, au Darfour et ailleurs, elles se sont concentrées sur l'unification de l'ensemble de la nation dans le but d'assurer un avenir meilleur pour eux et pour les générations futures sans aucune discrimination.  

Quatrièmement : L'essentiel du mérite d'être parvenu à cet accord revient au Premier ministre éthiopien Ali et à ses activités assidues de médiation au sein de l'Organisation de l'unité africaine (OUA). Tant le Premier ministre Ali que l'OUA ont empêché l'ingérence de certains pays arabes tels que les Émirats arabes unis et l'Arabie saoudite et leur financement de la junte militaire pour mener à bien un coup d'État, comme ce fut le cas en Égypte où ils ont fourni plus de 12 milliards de dollars pour démettre le Président Mohamed Morsi, élu démocratiquement, dans un coup d'État qui eut lieu le 3 juillet 2013.

Auparavant, l'économie du monde était la 17ème économie à la croissance la plus rapide au monde.

Le Soudan, qui était le plus grand Etat africain jusqu'à l'indépendance de la République du Sud-Soudan, est maintenant le troisième plus grand pays d'Afrique (après l'Algérie et la République démocratique du Congo) avec une superficie de 1.886.000 km2.

Selon les estimations de 2010, le Soudan était la 17ème économie à la croissance la plus rapide au monde. Son développement rapide, qui reposait principalement sur les revenus élevés du pétrole (malgré les sanctions internationales), a été mentionné et décrit dans un article du New York Times de 2006. Après la séparation, la République du Soudan a perdu 80% de ses champs pétroliers qui restaient sur le territoire de la République du Sud Soudan. Étant un pays enclavé, le Sud-Soudan doit compter ses exportations de pétrole sur les oléoducs qui transitent par les ports du Soudan sur la côte de la mer Rouge. Il lui manque également les installations de traitement du pétrole qui sont restées dans le territoire du Nord. En août 2012, le Soudan et le Sud-Soudan ont signé l'accord sur le transport du pétrole du Sud-Soudan par les oléoducs soudanais vers Port Soudan. Aujourd'hui, le Soudan produit environ 250 000 barils de pétrole par jour. Jusqu'à la sécession du Sud-Soudan en 2011, l'économie soudanaise dépendait largement des exportations de pétrole. 

Dans le passé, l'agriculture était la principale source de revenus du Soudan, employant plus de 80% de la population et représentant un tiers du secteur économique. Le pays compte 16,9 millions d'hectares de terres agricoles irriguées. Le Soudan est le troisième producteur mondial de sésame après l'Inde et la Chine, tandis que le coton est sa principale culture d'exportation.  Le Nil est la principale source d'irrigation.  Le pays compte 643 km de côtes le long de la mer Rouge. Il existe encore des possibilités inexploitées de pêche, de tourisme côtier et de tourisme dans les trois parcs nationaux.

Les principaux facteurs empêchant la croissance économique du Soudan dans l'agriculture sont les fréquentes sécheresses et l'instabilité dues à la guerre civile.

Le Soudan possède de riches ressources minérales, notamment de l'amiante, de la chromite, du cobalt, du cuivre, du cuivre, de l'or, du granit, du gypse, du fer, du kaolin, du plomb, du manganèse, du gaz naturel, du nickel, du pétrole, de l'argent, de l'étain, de l'uranium et du zinc.

Le nouveau gouvernement de transition soudanais a besoin d'un soutien international pour les réformes et le développement économique et pour le rééchelonnement de la dette publique envers le FMI et les autres prêteurs internationaux. 

En ce qui concerne sa politique interne, le nouveau gouvernement a besoin de paix et de consensus interethniques et intertribaux. Outre les Arabes qui représentent 54% des 36 millions d'habitants du Soudan, il existe 597 groupes ethniques arabisés avec plus de 400 langues et dialectes différents.

Le système juridique soudanais est fondé sur la charia islamique. Après l'accord de paix de Naivasha de 2005 qui a mis fin à la guerre civile entre le nord et le sud du Soudan, Khartoum a introduit plusieurs mesures pour protéger les non-musulmans. L'utilisation de la charia au Soudan n'est pas conforme à la tradition du peuple soudanais et aux temps modernes. Les musulmans soudanais sont divisés entre le salafisme et le soufisme, donc l'utilisation de la charia qui favorise les salafis n'est pas appropriée pour les soufis et les Darfouriens qui appartiennent aux soufis.

Les analystes estiment que la politique étrangère du Soudan devrait se détourner du soutien au terrorisme et commencer à coopérer étroitement avec la Cour pénale internationale afin d'obtenir la levée des sanctions internationales. L'armée soudanaise doit retirer d'urgence ses 10 000 soldats du Yémen. La guerre au Yémen est illégale et illégitime au regard du droit international et sape la réputation de l'armée soudanaise.

Ljubljana/Khartoum, le 14 septembre 2019