Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Un prix du journalisme pour un Tchad sans faim et sans pauvreté


Alwihda Info | Par Ndimendoude Caroline - 14 Septembre 2018 modifié le 14 Septembre 2018 - 22:18


Oxfam en partenariat avec le réseau des journalistes pour l’humanitaire et le développement durable au Tchad (RJHDT), ont lancé officiellement la première édition du concours « prix du journalisme pour un Tchad sans faim et sans pauvreté », ce vendredi 14 Septembre 2018 au CEFOD.


Crédits photo : DR
Crédits photo : DR
La confédération internationale « Oxfam » a lancé officiellement le prix Oxfam en journalisme ce vendredi 14 Septembre 2018 au CEFOD. Ce concours dénommé « prix du journalisme pour un Tchad sans faim et sans pauvreté » est crée par Oxfam en partenariat avec le réseau des journalistes pour l’humanitaire et le développement durable du Tchad (RJHDT). Il vise à récompenser les meilleures productions journalistiques qui traitent des problématiques de l’Oxfam au Lac Tchad.

Il a pour objectifs de : susciter un intérêt de la presse nationale pour la production d’articles de fond et reportages sur la crise du Lac Tchad ainsi que les problématiques liées à l’emploi, la résilience et la cohésion sociale dans la bande sahélienne et la zone du Lac Tchad ; favoriser une appropriation des causes défendues par Oxfam par la presse nationale ; accroitre la visibilité des problématiques de la crise humanitaire dans le Lac ainsi que celles liées à l’emploi, la résilience et cohésion sociale dans la bande sahélienne et la zone du Lac Tchad ; encourager les journalistes de la presse nationale à être des acteurs de changement de qualité dans la vie des personnes déplacées, retournées et hôtes du Lac ; encourager la spécialisation des journalistes sur les questions humanitaires et développement au Tchad.

Les thèmes de cette première édition du prix porteront sur le sous-financement de la crise humanitaire du Lac ainsi que celles liées à l’emploi, résilience et cohésion sociale dans la bande sahélienne et la zone du Lac Tchad.

Le concours est ouvert à tous les journalistes nationaux ou étrangers qui travaillent pour le compte d’un organe national ou international de presse écrite, audiovisuelle ou en ligne ; les free-lances ou les blogueurs publiant régulièrement dans les organes de presse paraissant au Tchad sont également autorisés à participer à la compétition.

Les œuvres en compétition doivent être réalisées en langue française et/ou arabe et concerneront les genres rédactionnels suivants : le reportage ou publi-reportage, le portrait des bénéficiaires, le documentaire.



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 23 Septembre 2018 - 21:04 Tchad : restructuration d'un canton au Kanem