Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

13 ème législature au parlement du Congo : une première mandature riche pour Blaise Ambeto


Alwihda Info | Par Olive Jonala - 24 Janvier 2018 modifié le 24 Janvier 2018 - 19:27

Député de la circonscription unique de Ngoko dans le département de la Cuvette, Blaise Ambeto dresse son bilan de sa première mandature et projette les perspectives de la 13ème législature en cours. C'était au cours d'une rencontre avec la presse, au courant de ce mois de janvier 2018.


13 ème législature au parlement du  Congo : une première mandature riche pour Blaise Ambeto
L’élu de Ngoko, très Satisfait, attribue sa réélection aux législatives de juillet 2017 dès le premier tour par son bilan combien positif qu’il juge, tout de même, positif: « Je peux dire aisément que mon bilan des jours passés à la tête de la circonscription unique de Ngoko courant la 13ème législature a été positif à 3 niveaux : à la circonscription, à l’assemblée nationale et au sein du PCT »

Grâce à ses nombreuses sollicitations, le district de Ngoko a bénéficié plusieurs réalisations de la part du gouvernement. Blaise Ambeto, a égrené un chapelet de ces réalisations. Il s’agit principalement de la réhabilitation de la route latérite Owando-Ngoko-Kemvouomo en 2013 ; de la réhabilitation de la toiture de l’école primaire du village Opagui en 2014 ; de l’achèvement de l’hôtel de la sous-préfecture de Ngoko ; de la construction des forages d’eau potable dans les villages Ibonga, Okia, Opagui, Tsama, Oyendza.

A cela s’ajoutent La construction de l’équipement de l’école primaire du village Mouagni en 2015 ; l’aménagement de la route d’Egnongo en 2017 ; la construction et équipement en lits, mousses, tables et chaises, des logements des infirmiers en 2017 ; la construction et équipement en lits, mousses, tables et chaises, des logements des enseignants du CEG, la construction de l’école primaire du village Mboma en 2017 ; l’équipement du logement de l’inspecteur de l’enseignement primaire en lits, la dotation du CSI de Ngoko en matériel médical et en lits d’accouchement en 2017, et la distribution des kits scolaires aux élèves du CEG et des élèves primaires.

Au sein de l’Assemblée nationale, Blaise Ambéto, a su également jouer sa partition. Il a été tour à tour membre de la CAJA (Commission affaires juridiques et administratives), vice-président de la sous-commission éducation, culture, arts et communication (CECAC) de la section congolaise de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie. Le député de Ngoko a aussi participé, auprès du SG du PCT, à la mission du parlement de la CEMAC à Malabo en Guinée équatoriale.

Des Perspectives louables

Après un premier mandat couronné de succès, Blaise Ambeto, remercie d’abord ses électeurs pour la confiance renouvelée qu’ils ont fait montre pour sa réélection. Après son expérience acquise dans la pratique parlementaire pendant la dernière législature, il se dit déterminer à continuer « à faire son travail de parlementaire dans le strict respect des missions dévolues au député conformément à la constitution, à savoir légiférer ; contrôler et rendre compte des travaux de l’Assemblée nationale en sa qualité de membre de cette chambre du parlement. »

L’honorable Blaise Ambeto entend travailler en collaboration avec le gouvernement pour la mise en œuvre de certaines doléances présentées par les populations de Ngoko, tout en soulignant : « ma mission pour ce mandat consiste à travailler auprès du gouvernement et des OGNs à la satisfaction des populations de ma circonscription. Il s’agit principalement du bitumage de la route Owando-Ngoko-Kemvouomo longue de 125Km ; de l’achevèmenet des travaux de construction du CSI ; de l’ouverture de la route Ngoko-Voulangoulou, Mouagni longue de 30 km ; de la connexion de la localité de Ngoko en ligne électrique haute tension, etc.» le réseau d’adduction d’eau potable dans la localité de Ngoko.

Les autres projets énumérés portent sur « l’aménagement de la route d’Egnongo ; la construction du pont reliant ce dernier village au village Voulangoulou ; la constrcution des forages d’eau potable dans les villages d’Egnongo, Voulangoulou, Mouagni, Ossangui et autres. » Tels sont le combat que l’honorable Blaise Ambeto devrait mener auprès du gouvernement, a-t-il relevé.

Une générosité hors pair

Pendant son mandat passé, l’honorable Blaise Ambeto a posé bon nombre des actions sociales et caritatives au nombre desquels, la dotation du village Okia en moulin à foufou en 2017, l’organisation des émulations scolaires, l’assistance financière à l’occasion des décès des ressortissants de Ngoko tant à Brazzaville que dans le district. De même, l’honorable a passé la fête de nouvel an avec l’ensemble des villages du district de Ngoko et a financé la formation de 20 jeunes garçons de Ngoko à la conduite automobile en 2014 et 2016.

Ce tableau reluisant sera complété, selon l’honorable Blaise Ambeto, par d’autres actions qui se résument , entre autres, par la construction d’une école de formation en coiffure, en coupe et couture, par la création des coopératives agricoles, sans oublier les actions ponctuelles auprès des ressortissants de son district vivant à Brazzaville et à Ngoko. Aussi le maintien et la consolidation de l’unité de Ngoko sur tous les plans demeurent-ils une préoccupation de cet élu national.

Un tableau critique de l’enseignement au Congo

Outre sa veste de député national, Blaise Ambeto est avant tout un enseignant. Le député de Ngoko se dit écœurer sur l’état de l’enseignement au Congo : « Je suis profondément gêné de constater que dans ce domaine [l’enseignement] pourtant porteur de progrès et de développement, tout semble aller de mal en pis. » Il soutient que les états qui ont émergé rapidement et qui sont en voie de développement sont ceux qui ont mis l’accent sur l’éducation globale et sur la formation.

L’élu de Ngoko pense « qu’on ne peut pas aller à l’émergence sans former vos propres cadres. Les étrangers qui amènent leurs expertises, leur savoir-faire ont été formés par leurs Etats. » avant de conclure « le pays (Congo) avait consacré deux années consécutives (2013-2014) où les budgets ont été accordés à l’éducation pour des résultats que l’on connait, cela donne matière à réflexion. Trois années passées sans qu’aucun enseignant ne soit recruté. C’est cruel pour un etat qui aspire à l’émergence. »