Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Accès des réfugiés à l'éducation : de nombreuses initiatives innovantes en Afrique subsaharienne, selon l'UNESCO


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 20 Novembre 2018 modifié le 20 Novembre 2018 - 07:57

Le Rapport mondial de suivi sur l'éducation 2019 met en lumière de nombreuses initiatives innovantes prises par le Tchad, l'Éthiopie, le Kenya, le Rwanda et l'Ouganda pour l'éducation des réfugiés.


Une salle de classe au Tchad. © Alwihda Info
Une salle de classe au Tchad. © Alwihda Info
Le nouveau Rapport mondial de suivi de l'éducation (GEM) 2019 de l'UNESCO sur les migrations et les déplacements de personnes décrit les progrès et les défis en matière d'éducation rencontrés par les réfugiés dans le monde. L’Afrique subsaharienne abrite près d’un tiers des réfugiés dans le monde, ainsi que des millions de personnes déplacées, ce qui, selon le Rapport, met à rude épreuve les systèmes éducatifs en difficulté.
 
Le Rapport GEM, intitulé Bâtir des ponts, pas des murssouligne la volonté politique de changement telle que définie dans la Déclaration de Djibouti (de la Corne de l’Afrique) et met en lumière de nombreuses initiatives novatrices dans certains pays. L’Éthiopie, le Kenya, le Rwanda, le Tchad, l’Ouganda et le Tchad qui accueillent plus de la moitié des réfugiés de la région et 12 % des réfugiés dans le monde, sont particulièrement reconnus pour leur approche positive en faveur de l’éducation des enfants et des jeunes qui sont déplacés de force. Ils partagent l’ambition de pays comme la Turquie, le Liban et la Jordanie de réunir les réfugiés et les nationaux dans les systèmes éducatifs.
 
Le Rapport identifie également les pays dans lesquels des efforts plus importants sont nécessaires afin d’intégrer les enfants réfugiés dans les systèmes éducatifs nationaux, comme la République-Unie de Tanzanie. Il est nécessaire que les pays de la CAE (Communauté de l'Afrique de l'Est) partagent des enseignements pour faire en sorte que les réfugiés ne soient pas privés de leur droit à l'éducation.
 
À leur arrivée dans les pays d’accueil, les réfugiés ont souvent un faible niveau d’instruction et des ressources limitées. Au Tchad, parmi les réfugiés âgés de 6 à 14 ans originaires de la République centrafricaine, du Nigéria et du Soudan, 30 % sont analphabètes. Les réfugiés du Soudan du Sud en Ouganda s'installent dans la sous-région pauvre du Nil occidental, où le taux de fréquentation net du secondaire était de 9 % en 2016, soit moins de la moitié du taux national.
 
Les déplacements ont un impact important sur la qualité de l'éducation. Dans les camps de réfugiés au Kenya, les écoles doivent respecter les normes et directives minimales du ministère de l'Éducation, mais le ratio élèves / enseignant à Dadaab est en moyenne de 120:1 au préscolaire et de 56:1 au primaire. En moyenne, six élèves partagent un même bureau et quatre élèves partagent un même manuel en anglais, en mathématiques, en sciences et en sciences sociales.
 
Beaucoup d'enseignants en situation de déplacement manquent de formation formelle. Dans le camp de réfugiés de Dadaab au Kenya, seulement 8 % des enseignants du primaire étaient des enseignants nationaux certifiés et 6 enseignants réfugiés sur 10 n'étaient pas formés. Alors que le Tchad propose des parcours professionnels aux enseignants réfugiés dans ses écoles publiques, les qualifications de ces enseignants restent souvent méconnues, comme chez les Sud-Soudanais en Ouganda. La formation est également cruciale pour aider les enseignants à gérer des classes multilingues. En Ouganda, le contenu pédagogique est traduit en classe, ce qui ralentit le processus d’enseignement.
 
Les pays doivent améliorer la formation des réfugiés en matière de langue ; sans cette formation, les élèves peuvent être placés dans des niveaux inférieurs, ce qui accentue la pression sur les enseignants et crée un surpeuplement dans les classes, comme c’est le cas pour les réfugiés burundais au Rwanda. Les différences linguistiques rendent également les relations sociales plus difficiles et peuvent conduire à la discrimination, entraînant l'abandon scolaire et le rattachement d'enfants à des gangs, ce qui est constaté chez les adolescents réfugiés congolais et somaliens en Ouganda.
 
Des enseignants supplémentaires sont requis, vu les flux de réfugiés. En Ouganda, 7 000 enseignants supplémentaires sont nécessaires au primaire pour l'éducation des réfugiés ; le coût des salaires des enseignants au primaire dans les zones d'installation de réfugiés est estimé à 15 millions de dollars américains pour les trois prochaines années.
 
« Les grands mouvements de population ont des conséquences énormes sur les systèmes éducatifs », a déclaré Manos Antoninis, directeur du Rapport GEM. « De nombreux pays d'Afrique subsaharienne sont des chefs de file dans le domaine. D'autres pays ont toutefois encore besoin de l’aide internationale pour faire face à ces défis. Des initiatives régionales en vue de favoriser le partage d’exemples positifs sont également nécessaires pour aider les pays qui ont du retard à rattraper en la matière. »
 
À l'échelle mondiale, seulement un tiers du déficit de financement pour l'éducation des réfugiés a été comblé. Au niveau national, seuls 4 % de l'appel humanitaire nécessaire en faveur de l'éducation sont actuellement financés au Burundi, 3 % au Tchad, 6 % au Cameroun et 10 % en République centrafricaine et en Éthiopie. Le Rapport souligne que l’aide humanitaire ne suffira jamais à combler l’écart et cite l’Ouganda comme un exemple à suivre ; ce pays a rassemblé divers partenaires humanitaires et de développement pour financer son plan d’éducation, qui porte notamment sur l’éducation des réfugiés.
 
Les plans d’aide humanitaire et d’aide aux réfugiés ne reflètent pas avec précision certaines priorités fondamentales en matière d’éducation. Bien qu'une personne déplacée sur six ait moins de cinq ans, les programmes au Burkina Faso, au Sénégal, en Somalie et en Éthiopie ne font pas mention de l'éducation de la petite enfance.
Recommandations:
·         Protéger le droit à l'éducation des migrants et des personnes déplacées
·         Inclure les migrants et les personnes déplacées dans le système éducatif national
·         Comprendre les besoins en éducation des migrants et des personnes déplacées et axer la planification sur ces besoins
·         Représenter avec précision les antécédents de migration et de déplacement des migrants et des personnes déplacées afin de combattre les préjugés
·         Préparer les enseignants qui interviennent auprès de migrants et de réfugiés à faire face à la diversité et aux difficultés
·         Mettre à contribution le potentiel des migrants et des personnes déplacées grâce à la reconnaissance des compétences et des qualifications
·         Répondre aux besoins des migrants et des personnes déplacées en matière d’aide humanitaire et de développement.