Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Accord sur la facilitation des échanges : Les membres du Cnfe Côte d’Ivoire formés sur les processus d’identification des goulots d’étranglement


Alwihda Info | Par Narcisse Yao - 7 Mai 2018 modifié le 7 Mai 2018 - 19:54


Pendant trois jours, soit du 2 au 4 mai à la station balnéaire de Grand-Bassam, l’ensemble des membres du Comité national de facilitation des échanges (Cnfe) de Côte d’Ivoire, ont vu leurs capacités renforcées sur les processus d’identification des goulots d'étranglement et de simplification des procédures commerciales.

Cette session de formation qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord sur la facilitation des échanges (Afe) de l’Organisation mondiale du commerce (Omc) a été organisée par le projet Leadership in public financial management II (Lpfm II), financé par l’Agence américaine pour le développement international (Usaid).

Elle avait pour objectif de permettre aux membres du Cnfe de maîtriser les enjeux propres de l’Accord sur la facilitation des échanges (Afe) de l’Organisation mondiale du commerce (Omc). Puis, leur donner des rudiments d’anticipation au mieux, des obstacles prévisibles dans la mise en œuvre de l’Afe. De même que de développement des outils pour le suivi des mesures prévues et leur évaluation.

Ainsi, au terme des trois jours de travaux, le consultant commis pour la formation, Dr Thomas Orliac, économiste, spécialiste des questions de facilitation des échanges a déclaré avoir recommandé « une bonne coordination et transmission des informations à tous les membres du Cnfe ».

« Tout le monde, à savoir chaque membre du Cnfe doit être au courant de ce qui va se discuter. C'est-à-dire des tenants et aboutissants de chaque disposition de l’accord, afin que tout le monde puisse apporter sa pierre à l’édifice. Et surtout être au même niveau d’information pour une meilleure application sans heurts de l’Afe », a-t-il expliqué.

Dr Thomas Orliac a également recommandé la formalisation de l’organisation du Cnfe, puis la mise en place et le fonctionnement très rapide du secrétariat général, à charge du suivi concret du plan développé par le Cnfe.
Mais avant, le formateur a dit avoir « rappelé aux participants, les intérêts de l’application de l’Afe et de ses impacts positifs, pour tous les acteurs avec au premier chef, la douane. Mais également le secteur privé, premier client destinataire de l’accord ».

A l’ouvert de la formation, le directeur général du commerce extérieur, Kaladji Fadiga a, au nom du ministre du Commerce, de l'Artisanat et de la Promotion des Pme, Souleymane Diarrassouba souhaité « la poursuite de l’aide du gouvernement américain, à la mise en œuvre de l’Afe. Et ce, conformément à leur engagement ». Kaladji Fadiga, par ailleurs président du Cnfe de Côte d’Ivoire a indiqué que tous les acteurs sont déterminés à une meilleure mise en œuvre de l’Afe.

Le directeur pays de Lpfm II, Félix Kouakou quant à lui, souligné que cette formation des membres du Cnfe qui s’est tenue conformément à l’article 23 de l’Afe, va les outiller davantage, pour une mise en œuvre parfaite dudit accord.