Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

Affaire Abbas Tolli : Makaila.fr au Tribunal de Paris ce mardi 26 janvier 2021


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 22 Janvier 2021


Affaire Abbas Tolli : Makaila.fr au Tribunal de Paris ce mardi 26 janvier 2021
Dans un communiqué rendu public ce 22 janvier, la rédaction de Makaila.fr informe qu’elle sera au Tribunal de Paris mardi prochain, dans le cadre de l’affaire qui l’oppose à Abbas Tolli, ancien ministre des Finances du Tchad et actuel gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC).

Cette affaire remonte à décembre 2017, à la suite d’une publication d’un billet sur le site dans laquelle le nom de l’actuel gouverneur de la BEAC est mentionné. Il s’agissait des nominations à des postes à responsabilités dans les établissements financiers dont l’Etat tchadien est actionnaire majoritaire, informe le communiqué. Du coup, Abbas Tolli a estimé être diffamé. Après l’audience du 27 octobre 2020, le Tribunal de Paris a fixé le délibéré pour le 26 janvier 2021.

Le communiqué rappelle entre autres, l’affaire Mohamed Khadami du nom de cet opposant djiboutien réfugié en France mis en examen et poursuivi par le régime d’Ismael Oumar Guelleh ; l’affaire de diffamation opposant La lettre du Continent devenu bimensuel Africa Intelligence au président ivoirien Alassane Ouattara.

« Makaila.fr a inscrit son engagement pour un journalisme citoyen en faveur de la justice sociale, de la bonne gouvernance, du respect des droits humains et des libertés, de la construction d’un Etat de droit et de la démocratie au Tchad. Il poursuivra son combat d’informer l’opinion publique tchadienne et la communauté internationale sur ce qui ne va pas au Tchad afin que les choses changent », précise le communiqué. Cela étant, Makaila.fr soutient que la libre expression de la diversité est gage de la stabilité, de la paix civile et de cohésion nationale. Bien plus, « toute tentative d’obstruction à cette liberté d’expression, va effondrer l’espoir des peuples opprimés ».