Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Afrique : repas à la main en famille dans le même récipient, culture en voie de disparition


Alwihda Info | Par Martin Hidgé Ndouba - 13 Août 2021


Illustration © DR
Illustration © DR

Le repas en groupe à la main dans le même récipient est une pratique très ancienne symbolisant le vivre ensemble en communion et en paix. Derrière cette pratique se trouve toute une instruction de la vie notamment le savoir-vivre et l'initiation.

D’abord le fait de tenir les yeux baissés en présence des adultes, c’est apprendre à se dominer et résister à la curiosité. Tenir le rebord du récipient de la main gauche est un geste de politesse et d’humilité. Eviter de se précipiter sur la nourriture est une forme de patience. Attendre de recevoir la viande à la fin du repas et de ne pas se servir soi-même conduit à la maitrise de son appétit et sa gourmandise, dévoile Amadou Hampaté Ba dans l’un de ses écrits.

Le repas à la main en famille dans même le récipient n’est pas uniquement vu comme un moyen de se rassasier mais une manière rituelle d’entretenir le lien social et de donner des conseils. À l’occasion des fêtes de Tabaski ou de fin d’année, le repas à la main dans le
même récipient est partagé entre familles voisines, ce qui enrichit le débat autour du plat, symbole de la paix entre voisins. Cette pratique se rapproche du Coran et de la Bible « Qu’il est doux et agréable que les frères et sœurs partagent le repas signe de communion ».

De nos jours, cette tendance fait place à la culture occidentale ou chacun à table, a son couvert. Cette pratique a perdu son identité, certains ménages africains ont épousé les habitudes européennes; désormais manger dans le même récipient entre membre de la famille devient impossible. Chacun utilise les équipements occidentaux (assiettes, cuillères, fourchettes et autres) pour se servir soi-même.

« Je ne suis pas contre la culture occidentale mais il difficile dans l’islam d’avoir son propre plat sans inviter son prochain », affirme 
Mahamat Abakar, enseignant coranique dans le 3e arrondissement. Il se dit inquiet de cette tendance.

Pour Florent, responsable de la Jeunesse Évangélique Africaine, nous ne pouvons pas enseigner aux jeunes cette pratique d’avoir son plat car le partage du repas dans le récipient est un signe de fraternité et Dieu a toujours enseigné l’amour du prochain. Il est bien de copier les bonnes traditions d’autrui mais le plus important est de ne pas dépasser les bornes posées par nos aïeux, dit un proverbe. Si la tradition africaine exige aux parents qu‘autour du repas il faut enseigner l’enfant sur les leçons de la vie, alors même s’il a son propre plat, il lui faut lui donner des conseils car quand il sera grand, il fera la même chose.