Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ACTUALITES

Bombay : le rôle du Pakistan en question


Alwihda Info | Par Abdel Ahmat - 29 Novembre 2008 modifié le 29 Novembre 2008 - 20:55

L'Inde laisse entendre que le Pakistan est impliqué dans le carnage qui a fait 195 morts. Mais le premier ministre pakistanais plaide la bonne foi et promet de coopérer à lenquête.


Bombay : le rôle du Pakistan en question
L'Inde laisse entendre que le Pakistan est impliqué dans le carnage qui a fait 195 morts. Mais le premier ministre pakistanais plaide la bonne foi et promet de coopérer à lenquête.

Les derniers islamistes encore retranchés dans l'hôtel Taj Mahal de Bombay ont été abattus samedi matin et la police a annoncé la fin des opérations. Neuf assaillants ont été tués au cours des opérations des commandos indiens, un autre arrêté, et 15 hommes des forces de sécurité tués. Le Taj Mahal était le dernier endroit où se trouvaient encore des assaillants.

Le bilan des attaques s'élève à 195 morts et 295 blessés, a annoncé samedi le bureau de gestion des catastrophes de la ville de Bombay. La mort de 27 étrangers a été jusqu'à présent confirmée par leurs pays respectifs : neuf otages israéliens tués par les islamistes dans un centre religieux juif orthodoxe au moment de l'assaut par les forces de sécurité indiennes, cinq Américains, deux Français, un Mauricien, deux Australiens, deux Canadiens, un Britannique, un Japonais, un Allemand, un Italien, une Singapourienne et une Thaïlandaise ont péri, d'après leurs pays respectifs. Par ailleurs, des étrangers continuaient d'être rapatriés. Un avion avec à son bord 77 rescapés, dont 29 Français, est arrivé samedi vers 12h30 à l'aéroport parisien de Roissy.

Tensions

L'Inde a ouvertement accusé le Pakistan, son voisin et rival, d'être derrière ces attaques très bien orchestrées qui ont frappé Bombay. Islamabad a démenti fermement et de manière répétée. Samedi, le président pakistanais, Asif Ali Zardari, a appelé l'Inde à ne pas «réagir de façon excessive» et juré qu'il ferait preuve de la plus grande sévérité si une implication pakistanaise était prouvée.

Depuis 2004, les deux puissances militaires nucléaires, qui se sont affrontées dans trois guerres depuis leur création en 1947, sont engagées dans un fragile processus de paix. Samedi, un haut responsable des services de sécurité pakistanais a haussé le ton : son pays cantonnera à sa frontière avec l'Inde une partie de ses troupes actuellement occupées à combattre les islamistes armés sur la frontière afghane si les tensions avec New Delhi persistent.

Un groupe du Cachemire?

Pour le contre-espionnage américain, les attaques ont été fomentées par un groupe basé au Cachemire, qui pourrait être Lashkar-e-Taiba a indiqué un de leurs responsables sans donner plus de précision. George W. Bush a assuré l'Inde du «soutien total des Etats-Unis».

Des responsables occidentaux ont, quant à eux, évoqué la piste du réseau terroriste al-Qaida. Les raids ont visé en particulier des étrangers, plus spécifiquement des clients américains et britanniques des deux hôtels, symboles de la richesse de Bombay, ainsi que le centre juif. Mais les extrémistes, armés de fusils automatiques et de grenades, ont aussi frappé des cibles indiennes, comme la gare centrale de Bombay où ils ont fait 50 morts. Un hôpital recueillant des femmes et des enfants pauvres a également été attaqué.

Ces attaques, qui ont frappé le coeur économique et financier de la 10e puissance économique mondiale, ont été revendiquées au nom d'un groupe islamiste, les Moujahidine du Deccan, du nom du plateau qui couvre le centre et le sud de l'Inde. L'un des assaillants de l'Oberoi/Trident, interrogé par une télévision, a affirmé que les siens réclamaient la fin des «persécutions» contre les musulmans d'Inde.

Source:
http://www.lefigaro.fr/