Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

CEDEAO : vers la réouverture des frontières terrestres


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 8 Décembre 2021


CEDEAO : vers la réouverture des frontières terrestres
Les ministres sectoriels de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), recommandent la réouverture des frontières terrestres des États membres, et ce, à compter du 1er janvier 2022. C’est l’une des conclusions issues d’une réunion virtuelle organisée, le lundi 06 décembre 2021, par la Commission de la CEDEAO en collaboration avec l’Organisation ouest-africaine de la santé (OMAHO).

Ces ministres suggèrent également aux dirigeants l’implémentation effective des directives harmonisées aux postes de frontières, la reconnaissance mutuelle des tests PCR Covid-19 et l’harmonisation de leur durée de validité. Ces recommandations, soutiennent la cinquantaine de participants à la rencontre, font suite aux « leçons tirées des deux années de fermetures des frontières ». En effet, rapportent-ils, « la pandémie a donné lieu à des perturbations sur la demande, l’offre et les investissements dans les principaux secteurs économiques ».

De même, « la covid-19 a négativement impacté le volume des échanges commerciaux et la mobilité des personnes ». En termes financiers, les officiels ouest-africains évaluent à 6,7% la baisse cumulée du PIB des pays de la CEDEAO entre 2020 et 2021, ce qui représente environ 50 milliards $. Bilan qui démontre d’après eux, que « la réouverture des frontières pour la relance économique devient dès lors un enjeu fondamental ».

Selon les informations, le rapport et les recommandations de la réunion seront présentés au Conseil des ministres de la CEDEAO, prévu les 9 et 10 décembre prochain à Abuja au Nigéria, puis soumis aux chefs d’État et de gouvernement pour adoption. Rappelons que les frontières terrestres ont été fermées dans l’espace CEDEAO depuis plus d’un an, suite à l’avènement de la Covid-19. La décision a été prise à l’unanimité par les dirigeants ouest africains dans le but de rompre la chaîne de propagation de la maladie. Une situation qui a porté un coup dur aux échanges économiques transfrontaliers.