Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Cameroun : un agent communal de Kribi arrêté avec un mandrill vivant


Alwihda Info | Par - 25 Juillet 2021

Selon des sources proches de l'affaire, le trafiquant présumé a acheté l'animal dans la petite localité de Bipindi, située à environ 78 km de la cité balnéaire de Kribi.


Un employé de la mairie de Kribi (région du Sud) a été appréhendé le 7 juillet dans le secteur de Dombe, en possession illégale et trafic de mandrill. Son interpellation est survenue au cours d'une opération de contrôle menée par les agents de protection de la faune de la délégation départementale des Forêts et de la Faune de l'Océan, en collaboration avec la compagnie de gendarmerie.

Le suspect a été arrêté à son domicile, alors qu'il tentait de vendre un mandrill enchaîné dans une cage et placée dans un espace ouvert à l'entrée de la résidence. Selon des sources proches de l'affaire qui ont parlé sous couvert de l’anonymat, le trafiquant présumé a acheté l'animal dans une petite localité appelée Bipindi, située à environ 78 km de Kribi. Les mêmes sources ont également déclaré qu'on lui a dit aurait conseillé de remettre l'animal aux autorités de la faune, mais il a persisté à garder le mandrill.

Le commerce de mandrill est de plus en plus récurrent au Cameroun. Une femme a été arrêtée le mois dernier à Mintom, pour commerce illégal d'un bébé mandrill. La situation est très préoccupante et de nombreux conservationnistes ont souligné la nécessité de sauver l'espèce de toute urgence, car elle est confrontée à un risque élevé d'extinction à l'état sauvage. Ils affirment que l'application des lois sur la faune doit être plus rigoureuse pour les trafiquants de faune afin de lutter contre le sentiment d'impunité des trafiquants et d'endiguer le laxisme de ceux qui appliquent la loi.
Selon eux, cela aura un effet dissuasif sur le commerce illicite des espèces sauvages. Ils affirment en outre qu’en appliquant peu de sanctions à l’encontre des trafiquants revient à les encourager à continuer à détruire la faune sauvage et à promouvoir les zoonoses.

Certains pays tiennent compte de la voix de ces écologistes et punissent sévèrement les trafiquants d'espèces sauvages. Au début du mois, le tribunal de première instance de Dolisie, en République du Congo, a condamné deux trafiquants d'espèces sauvages à deux ans de prison. Les mandrills sont les plus grands de tous les singes. Ils sont extrêmement colorés et facilement identifiables par la peau bleue et rouge de leur visage, ainsi que par leur croupe aux couleurs vives. Ils vivent uniquement dans la forêt tropicale de l'Afrique équatoriale, et sont des primates timides et reclus. La loi de 1994 sur la faune et la flore adoptée au Cameroun accorde une protection totale aux mandrills.








TRIBUNE & DEBATS

POINT DE VUE - 08/09/2021 - Olivier Noudjalbaye Dedingar, Expert technique et journaliste indépendant

Cameroun : l’enrichissement illicite préoccupe

Tchad : le dialogue national inclusif est-il nécessaire ? Tchad : le dialogue national inclusif est-il nécessaire ? 06/09/2021 - Martin Hidgé Ndouba


ANALYSE - 11/10/2021 - Martin Higdé Ndouba

Tchad : la dépravation des moeurs, un fléau qui gangrène la jeunesse

Cameroun : question sociale et devenir du pays Cameroun : question sociale et devenir du pays 11/10/2021 - Pr Armand Leka Essomba, chef de Département de Sociologie, Université de Yaoundé I.