Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

Centrafrique : Le choc historique


Alwihda Info | Par Rodrigue Joseph Prudence MAYTE - 2 Décembre 2013 modifié le 2 Décembre 2013 - 17:48


Crédit photo : Sources.
Crédit photo : Sources.
Qu'on se le dise, la Centrafrique se trouve à un tournant décisif de son histoire. Devant la cavalcade des rebondissements diplomatiques à l'ONU, il n'y a qu'une seule idée qui macère pratiquement la positive attitude de tous les partenaires de la Centrafrique à savoir le vote du chapitre 7. Décidément la brume contemporaine, qui avait complètement hypertrophié toute la classe politique centrafricaine et la communauté internationale, commence à trouver un début de solution.Il n'est guère fastidieux de reconnaître que le démarquage spectaculaire du MLPC par l'entremise de son communiqué intransigeant a largement contribué à la dynamique nationale pour une nouvelle Centrafrique. Même si certains Centrafricains estiment que ce démarquage est tardif, il faut admettre que la politique n'est point figée...Par conséquent « Mieux vaut tard que jamais ».Manifestement,le communiqué du RDC vient anoblir la liste des vitupérations protestataires contre les enturbannés.En plus, le premier ministre, qui arborait toujours une placidité de châtelain, est sorti de son anfractuosité habituelle pour ronchonner à tout va dans l'unique but de clouer au pilori tous les trublions de la junte au pouvoir.

A priori, cette partition bien huilée de la classe politique centrafricaine vis à vis des enturbannés a alimenté au plus haut point la position furibonde de toute la sommité mondiale. A l'évidence,la communauté internationale n'attend que la résolution de l'ONU pour agir convenablement en Centrafrique. En outre, la présence incontestée des militaires français dans le pays est une alerte inéluctable pour une éventuelle imposition de la paix. Seulement, nombreux sont les Centrafricains qui souhaitent une autre transition beaucoup plus fusionnelle avec de nouvelles personnalités qui incarnent certainement le rassemblement.Pour ce faire, trois scénarios taraudent en ce moment la « Une » de la commune renommée. D'abord,le premier scénario s’attelle sur un retour probable de l'ancien locataire du palais de la renaissance au pouvoir dans l'unique intention de parachever son mandat. Ensuite, le second scénario s'articule autour du premier ministre Tiangaye qui disposerait un atout non négligeable pour présider la nouvelle transition.Enfin le dernier scénario serait favorable à une présidence collégiale (1 président et 2 vice-présidents) qui prendrait en compte toutes les aspirations du peuple centrafricain.

Rodrigue Joseph Prudence MAYTE
Rodrigue Joseph Prudence MAYTE
Ces solutions quasiment inacceptables pour certains centrafricains seront une aubaine pour sortir le pays de cette léthargie qui n'a que trop duré.Ce qui est sûr et certain, le siège des Nations Unies deviendra un terrain de valse qui scruterait dans les moindres détails le dossier centrafricain dans les prochains jours.Quoi qu'il en soit, une résolution acrimonieuse assortira de ces différents débats onusiens. Bien qu'on avale souvent la nivaquine avec le visage serré à cause de sa saveur aigre,il faut reconnaître qu'elle soigne relativement bien...Silence radio !

Rodrigue Joseph Prudence MAYTE
Chroniqueur, Polémiste
mayterodrigue@yahoo.fr France,Vitré



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 17 Juillet 2018 - 05:52 Réflexion sur le système sanitaire du Tchad