Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

Centrafrique : Pour cette lueur d’espoir…


Alwihda Info | Par Clément De Boutet-M’bamba - 22 Janvier 2014


Par Clément De Boutet-M’bamba

Main dans la main /
Main dans la main /
Au moment où Nguendet s'apprête à retrouver son siège du CNT, je voudrai rendre hommage à l'autre grande DAME de cette semaine sans laquelle ce grand moment de démocratie que nous venons de connaître n'aurait pas été si majestueux.
 
Mme Lea Koyassoum Doumta a permis au CNT d'honorer le Centrafrique et les Centrafricains. Elle sera, sans aucun doute celle qui a permis à la RCA et aux Centrafricains de croire qu'un autre Centrafrique est possible.
 
L'autre personne à féliciter et à travers elle, la Commission Électorale Spéciale du CNT est son Président, Me Blaise Fleurry Hotto pour le travail accompli qui me fait dire que lorsque nous VOULONS, nous POUVONS.
 
En discussion avec un ami Congolais de RDC, ce dernier m'a dit :"vous venez par l’Élection de votre Présidente, de signer l'acte de décès politique des Satrapes d'Afrique Centrale. Non pas parce qu'elle est une femme mais par le niveau très élevé de la Sélection."
 
De ce constat, je me permets de porter à l'attention de la Présidente de la Transition qu'elle doit, dans le choix de son Premier Ministre et son Gouvernement, tenir compte des critères de sélection par lesquels son élection fut possible. Qu'elle ne cède pas aux sirènes, aux cireurs de pompe, aux girouettes et à la tentation du " tour ti i a si awé !!!".
 
Au moment où ce chapitre de la rectification se met en place, c'est de l'avenir dont je veux parler. D'ici quelques mois, il sera question d'adopter une Constitution par référendum. Lorsque cela sera fait, il serait légitime de toiletter le récent code électoral pour le mettre en conformité avec cette constitution. Et c'est la que, m'inspirant de ce que vient de faire le CNT, je propose que l’Élection du Prochain Président de la République se fasse par les grands électeurs que sont les Députés pour un Mandat de 7 ans non renouvelable.
 
Je répète, le Président doit être élu pour un mandat unique de 7 ans.
 
Ce processus a l'avantage de la Transparence (même si des choses se passent en coulisse) et de la déclaration immédiate.
 
Pour le faire, il faudra donc modifier le mode de scrutin des législatives. La Représentation nationale devra s'articuler sur les territoires et les populations.
 
  1. Députés Représentants les Territoires élus sur Liste : 5 députés x 17 territoires (16 préfectures + Bangui) = 85 Elus.
  2. Députés Représentants les Populations élus au Suffrage Universel Direct : 84 Elus répartis comme suit :
- 71 élus représentants les sous-préfectures
- 8 élus représentants les 8 arrondissements de Bangui
- 5 élus représentants les centrafricains de l’Étranger (2 Afrique + 1 Asie + 1 Europe + 1 Amérique)
 
Une fois les 169 Députés Elus et le parlement installé, ceux-ci auront la charge d’élire le Prochain Président de la République comme il y a 48 heures en mondovision.
 
Une petite flamme vient de s'allumer. Je formule(et j'y travaillerai aussi) les vœux qu'elle devienne un feu dévorant, ravageant sur son passage la tragédie de ces 53 dernières années pour que la RCA renaisse plus forte, plus unie et plus belle qu'elle ne l'a jamais été.
 
Il est temps..... OSONS BÂTIR.
 
Clément De Boutet-M’bamba