Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Congo : des initiatives agricoles de souveraineté et de survie collective déployées en 2021


Alwihda Info | Par Olive Jonala - 30 Décembre 2021

Le gouvernement congolais a engagé des initiatives agricoles, au cours de l'année 2021 pour baisser le coût des importations alimentaires. Ainsi s'est exprimé le président Denis Sassou N'Guesso dans son message sur l'Etat de la Nation devant le parlement réuni en congrès, le 28 décembre 2021, au palais des congrès à Brazzaville.


L'un des ranchs de Denis Sassou N'Guesso à Oyo ( photo d'archives)
L'un des ranchs de Denis Sassou N'Guesso à Oyo ( photo d'archives)
Le Congo importe chaque année les denrées alimentaires qui coûtent au trésor public entre 500 et 700 milliards de francs CFA. Le président de la République l’a affirmé du haut de la tribune lors de son message sur l’état de la nation devant le parlement réuni en congrès, le 28 décembre dernier au palais des congrès.

Pour baisser le rythme et le coût des importations des produits alimentaires, le gouvernement a engagé, au cours de l’année 2021, des initiatives agricoles pouvant permettre au pays d’atteindre l’objectif « de souveraineté et de survie collective », a déclaré le président Denis Sassou-N’Guesso. Pour illustrer son propos, le président de la République du Congo a énuméré l’ouverture en 2021, de 4 zones agricoles protégées dans les départements de la Bouenza, de la Lékoumou, des Plateaux et de la Cuvette, pour l’élevage de petits ruminants et la production de denrées de base, tels le manioc, l’arachide, le maïs, le soja.

Denis Sassou-N’Guesso a précisé que de manière spécifique, « d’autres activités ont été menées pour stimuler la production agricole », à l’instar des filières « manioc » et « cacao » qui ont été revitalisées à travers, respectivement, l’introduction de cultivars à forte performance agronomique et la distribution des pieds de cacaoyers à haut rendement.

Le chef de l’Etat congolais a également souligné dans ces efforts, l’exécution d’un programme essentiel d’immunisation vaccinale, visant à sauvegarder la viabilité sanitaire des cheptels, qualifiée par Denis Sassou-N’Guesso de source de protéines sûres et indispensables pour les populations. L’agriculture, a poursuivi Denis Sassou-N'Guesso, est le deuxième pilier d’espoir de rebond économique. Elle demeure un puissant réservoir de main-d’œuvre et d’emplois pour les jeunes, a-t-il ajouté. Considérant l’agriculture comme garant de la sécurité alimentaire et facteur de croissance, il a affirmé que le secteur agricole, qui déploie une activité essentielle à la Nation constitue une clé primordiale de l’essor économique et social du Congo.

En clair, tout a été mis en œuvre au cours de l’année 2021, pour permettre au pays de se doter d’atouts pouvant accompagner le développement de l’agriculture. C’est ainsi qu’une ferme-école a été installée sur le site de l’Incubateur agricole du Congo, à Gamboma, dans le département des Plateaux, grâce au soutien de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture. Cette ferme répond au besoin des jeunes pour développer leurs compétences dans le domaine de l’agriculture.

Les efforts du gouvernement ont aussi porté, en 2021, sur les infrastructures de soutien à la production agropastorale et halieutique. Aussi, d’importantes activités ont été menées avec l’appui des partenaires techniques et financiers du Congo, a annoncé Denis Sassou-N’Guesso. La réhabilitation et l’entretien de pistes agricoles, la construction d’étangs au profit des populations, la mise en exploitation de l’unité de production d’aliments de poissons à Etoumbi, dans le département de la Cuvette-Ouest ont été cités par le chef de l’Etat comme activités concourant à l’objectif d’augmenter la production agricole nationale et par conséquent baisser les importations des produits alimentaires.

A cela, s’ajoute la construction et l’équipement d’un centre communautaire de pêche, doté d’un complexe frigorifique, à Okombé dans le district de Ntokou, département de la Cuvette et la poursuite des travaux de construction du point de débarquement amélioré de Yoro à Brazzaville, avec l’appui du Royaume du Maroc.

C’est une dynamique que le chef l’Etat congolais entend amplifier au cours de la nouvelle année 2022 avec l’installation de 100 zones agricoles protégées sur l’ensemble du territoire national. Des perspectives rassurantes pour le développement de l’agriculture et la réduction progressive des importations des produits alimentaires.