Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ACTUALITES

Coronavirus - Chad : chaque citoyen est un rempart


- 25 Mars 2020


Présidence de la République du Tchad
Télécharger le logo
Le coronavirus. Il s’agit d’une véritable guerre. Une guerre déclarée par un ennemi invisible mais dont la tactique est connue. Cette tactique consiste à utiliser la chaine humaine et les objets infectés pour se propager en vue d’assouvir son macabre dessein, semer le deuil et le désarroi dans les sociétés.
 Le Tchad, qui a aux commandes, un militaire émérite, fin stratège, lui oppose aussi sa tactique : briser  sa chaine de propagation. D’où les mesures d’hygiène et de restriction de mouvements que le Gouvernement a été obligé d’imposer. Quand le Chef de l’Etat parle de la discipline, en fin stratège militaire, il connait la valeur. La discipline est une force. C’est le secret des grandes prouesses des armées. Comme à la guerre, la discipline s’impose. Il s’agit pour les tchadiens, en cette période difficile de la pandémie de coronavirus, d’observer les règles d’hygiène et de respecter de manière stricte les consignes édictées par le Gouvernement pour circonscrire le mal et le conjurer.
Chaque Tchadien doit être le rempart contre la propagation du COVID-19, a dit le Chef de l’Etat. Désormais, les rencontres interpersonnelles manqueraient peut-être de la chaleur, car l’on ne doit plus se serrer les mains en cette période ; les déplacements seront limités ; l’hygiène individuelle doit s’enraciner dans le milieu de vie. Mais si c’est cela le prix à payer pour conjurer le mal et retrouver la liberté et vivre pleinement, le choix est claire au lieu de se retrouver sur le lit de l’hôpital ou, éternellement  au cimetière.
Le temps est extrêmement grave comme en atteste le ton, la mine et le champ lexical du Chef de l’Etat dans son adresse à la nation. Le coronavirus n’est plus une lointaine maladie. Elle est présente au Tchad avec 3 cas dépistés et pris en charge par les services médicaux. L’heure n’est plus à la passivité car il s’agit de la survie individuelle et collective donc, de la nation.
Aimer, c’est protéger. Aimer son pays, c’est le protéger, respecter ses lois. Les mesures prises dans le cadre de la lutte contre le coronavirus n’ont rien d’atteinte aux libertés fondamentales de l’homme ni de farce mais ce sont des mesures conjoncturelles de sécurité sanitaire pour bouter cette maladie hors des frontières nationales. Mieux vaut agir vite, individuellement et collectivement pour retrouver la quiétude que l’insouciance qui amènerait le Gouvernement à enfoncer le clou en décrétant le confinement général de la population.
Distribué par APO Group pour Présidence de la République du Tchad.


Source : https://www.africa-newsroom.com/press/coronavirus-...