Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
POINT DE VUE

Coronavirus : une aubaine pour Idriss Déby ?


Alwihda Info | Par Mahamat Nour Ibedou - 12 Juillet 2020


Mahamat Nour Ibedou, secrétaire général de la Convention tchadienne de défense des droits de l'Homme (CTDDH).
Mahamat Nour Ibedou, secrétaire général de la Convention tchadienne de défense des droits de l'Homme (CTDDH).
Une fois de plus, notre Marechal de Président s'est illustré par cette capacité à tirer profit de toutes les situations : Si sa fameuse opération "colère de Bohoma" lui a permis de redorer un blazon gravement terni par son règne des plus exécrables et l'obtention d'un petit consensus national sur sa fameuse riposte contre Boko Haram, un autre événement inattendu est venu lui offrir une occasion en or : celle de gagner encore plus d'argent ; l'avènement de la pandémie du Coronavirus. 

En effet, dans son fameux discours relatif aux mesures qu'il entend prendre pour lutter contre le COVID19, plus de 900 milliards etaient attendus. Si un peu moins de la moitié de ce montant avait été libéré jusqu'à ce jour, l'usage qui en avait été fait n'a rien à voir avec les prestations offertes. 

Il est aisé à cet égard de constater que les vivres destinés aux citoyens les plus vulnérables n'ont jamais atteint leurs destinataires et les décisions arbitraires prises pour soi-disant atténuer les effets de la pandémie sur la vie des plus démunis ont au contraire rendu cette frange de la population encore plus misérable ; la hausse des prix des produits alimentaires ayant gravement contribué à l'anéantissement de ce qui leur reste de pouvoir d'achat.

Même si l'heure des comptes n'est pas encore arrivée, nous pouvons affirmer sans risque de nous tromper que plus des deux tiers de l'argent libéré jusqu'à là, a atterri dans les coffres du réseau mis en place par le tyran. 

Les milliards destinés au renforcement de l'ONASA, pour l'achat des céréales, ont tout simplement disparus ; rien d'étonnant à cela quand on sait que peu de temps avant l'arrivée de cette manne, la direction de cette institution a connu un "réaménagement" et que le marché d'achat de céréales a été attribué à un parent proche de Deby ; un homme d'affaires dont le rôle connu de tiroir-caisse du président est notoire.

Le reste de milliards a, comme il fallait s'y attendre, atterri dans les caisses de la fameuse Fondation Grand Coeur dont les prestations comme d'habitude n'ont pas atteint le 10ème de ce quelle a récupéré en terme de fonds.

Dans notre post publié juste après la fameuse annonce des milliards par Déby pour soi-disant lutter contre les effets du coronavirus, nous avions évoqué le fait que les structures chargées d'accueillir et de gérer ces fonds attendus étaient composées de "filous" bien connus et que croire à une gestion efficace et efficiente de ces fonds est illusoire.

Les événements, une fois de plus, nous ont donné raison ; L'occasion faisant le larron, comme la mort de plus d'une centaine de nos soldats lors de l'attaque de Boko Haram avait servi à Deby, à travers sa fameuse opération Colère de Bohoma, à essayer d'obtenir un consensus national et de redorer un blason gravement terni par 30 ans d'arbitraire, le coronavirus lui a servi lui et ses proches à s'enrichir un peu plus sur le dos du peuple tchadien.

Même si tous les tchadiens s'étaient attendus à cette gestion chaotique de la crise du COVID19, peu d'entre eux savent que l'avènement de cette pandémie a enrichi également un nombre important des sbires du sérail de Deby.

Le peuple tchadien lui, a toujours été le dindon de la farce et personne ne réclamera à terme un audit sur la gestion des fonds dépensés durant cette crise ; de toute façon Idriss Deby ne le permettra jamais et pour cause.

Par Mahamat Nour Ibedou, secrétaire général de la Convention tchadienne de défense des droits de l'Homme (CTDDH).



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 9 Septembre 2020 - 00:37 Chronique : Voici venir la beuverie

Dimanche 30 Août 2020 - 20:32 Tribune : Le Tchad n'est pas le Mali