Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Côte d’Ivoire/ Situation épidémiologique en matière de VIH/SIDA : 56% dépistés, 85% traités ARV, 76% de suppression virale


Alwihda Info | Par - 5 Février 2019 modifié le 5 Février 2019 - 09:39


La situation épidémiologique de la Côte d’Ivoire en matière de VIH/SIDA est de 56% de populations dépistées, 85% sont sous traitement Antirétroviraux (ARV) et 76% en état de suppression virale.

Tel est le tableau présenté par Dom Abla, la représentante du directeur-coordonnateur du Programme National de Lutte contre le SIDA (PNLS), Dr Abo Kouassi. C’était lors d’un atelier de revue périodique nationale tenu le 30 janvier 2019, à l’hôtel Résidences Koriet d’Abidjan-Cocody.

Cette rencontre de travail a été organisée par l’ONG Alternative-Côte d’Ivoire, dans le cadre de son projet ACT « Advocacy and other Community TACTICS », financé par l’Union Européenne , en partenariat avec le Réseau des Professionnels des Médias, des Arts et des Sports engagé dans la lutte contre le SIDA et les autres Pandémies en Côte d’Ivoire (REPMASCI).

Ce tableau-bilan des objectifs 90-90-90, stipulant qu’à l’horizon 2020, 90% des personnes connaissent leur statut sérologique, 90% de toutes ces personnes infectées par le VIH dépistées reçoivent un traitement ARV et 90% des personnes recevant un traitement ARV ont une charge virale durablement supprimée, a été enregistré en juillet 2018.
Au regard du chiffre de 56% qui est loin de l’objectif 90% de populations connaissant leur statut sérologique, Dom Abla a déclaré : « Le gros défis, c’est le dépistage ». Ainsi, pour y parvenir, elle a dit miser une stratégie de sensibilisation tous azimuts avec le concours des médias.

Pour sa part, Njaboué Philippe Gervais, président de Alternative Côte d’Ivoire, qui a pour mission : l’éducation en santé sexuelle des populations LGBTI, puis les questions des droits humains liées à l’orientation sexuelle, a présenté les avancés du projet ACT via les publications d’articles de presse, les émissions radios et vidéos.

Il a, en outre relevé que les droits des populations LGBTI ne sont pas respectés. « Pire, ils subissent des agressions verbales et physiques de la part de personnes hostiles », a-t-il signifié.

Quant au directeur exécutif d’Alternative Côte d’Ivoire, Claver Touré, il a lancé un plaidoyer pour le respect des droits des personnes LGBTI, ainsi que la cessation de toutes formes de violences dont-elles sont l’objet.

Par ailleurs, dans la vision stratégique pour atteindre d’une part, les objectifs 90-90-90 à l’horizon 2020 et d’autre part, faire respecter les droits des personnes LGBTI et clés, une charte de collaboration a été lancée entre différents acteurs. Notamment, l’ONG Alternative-CI, le REPMASCI (regroupant les journalistes), le PNLS et les forces de l’ordre.

Journaliste, correspondant d'Alwihda Info en Côte d'Ivoire. En savoir plus sur cet auteur